Retour

Le lien entre le Zika et la microcéphalie scientifiquement établi

Des chercheurs américains ont démontré ce que la communauté scientifique soupçonnait depuis plusieurs mois : le virus Zika peut provoquer la microcéphalie du fœtus lors de l'infection de la femme enceinte.

« C'est désormais clair, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont conclu que le Zika provoque bien la microcéphalie et d'autres défauts sévères du cerveau chez le fœtus », a déclaré le docteur Tom Frieden, directeur des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. Ce dernier a présenté les conclusions de l'étude publiée mercredi sur le site web du New England Journal of Medicine.

La communauté scientifique avait de fortes présomptions selon lesquelles le Zika, qui se propage par la piqûre d'un moustique, pouvait provoquer des malformations chez les fœtus de femmes enceintes infectées. Le lien entre l'infection et les malformations n'avait toutefois jamais été établi avec certitude.

« Il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons, mais il n'y a plus aucun doute, le Zika est une cause de la microcéphalie », a poursuivi M. Frieden.

La microcéphalie se traduit par un développement insuffisant du crâne et du cerveau.

L'épidémie de Zika frappe surtout l'Amérique du Sud et plus particulièrement le Brésil, où l'on a recensé 1,5 million de cas, dont plusieurs femmes enceintes. Alors que la microcéphalie est une affection plutôt rare, le Brésil a confirmé 907 cas depuis le début de l'épidémie l'an dernier.

« Cette confirmation est basée sur une analyse étendue des meilleures indications scientifiques menée par les CDC et d'autres experts en santé maternelle, du foetus et des maladies transmises par des moustiques », a précisé M. Frieden. « Ces recherches épidémiologiques, cliniques et moléculaires ont chacune produit de nouvelles données qui nous aidé à résoudre le casse-tête. »

Une étude publiée au début de mars avait notamment démontré, dans des cultures en laboratoire, que le Zika attaque et détruit des cellules cérébrales humaines. « Nous pensons que la microcéphalie fait probablement partie d'un éventail de défauts de naissance qui pourraient affecter les femmes, soit à un moment particulier de la grossesse, ou durant toute la grossesse », a expliqué M. Frieden.

« Jamais avant cela nous n'avions connu une situation dans laquelle la piqûre d'un moustique pouvait provoquer une malformation dévastatrice chez le fœtus », a-t-il précisé.

Plusieurs questions sur les effets du Zika sur le fœtus pourraient toutefois demeurer sans réponse pour encore quelques années. L'un de ces questionnements est le moment de la grossesse pendant lequel les fœtus sont les plus à risque de développer une malformation cérébrale.

« Il y a un effort international qui a été engagé sur cette question et nous nous coordonnons avec d'autres pays et l'Organisation mondiale de la Santé et d'autres [institutions] », a ajouté le scientifique.

Malgré les avancées de la science dans le dossier du Zika, les recommandations en matière de prévention demeurent les mêmes. Les femmes enceintes doivent ainsi éviter de se rendre dans des pays à risque.

De plus, puisque le virus se transmet également sexuellement, les partenaires de femmes enceintes ou de femmes qui pourraient tomber enceintes revenant de zones où sévit l'épidémie doivent utiliser un préservatif. Il en va de même pour les couples habitant des secteurs où le virus est actif.

Les scientifiques ignorent encore combien de temps le virus peut survivre dans le sperme, ils recommandent aux hommes qui ont été infectés d'utiliser un préservatif pendant les six mois suivant l'infection.

Si le lien entre le Zika et la microcéphalie est désormais établi, celui entre le virus et le syndrome de Guillain-Barré, qui provoque une paralysie passagère chez les adultes, demeure à être démontré avec certitude.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine