Retour

Le Manitoba a payé plus de 2 millions $ pour maintenir un village de 10 personnes

Le gouvernement manitobain a dépensé 2,1 millions de dollars pour maintenir un village de logements pour les 1200 sinistrés de la Première Nation de Lac Saint-Martin, alors que seulement 10 personnes résident dans le village, confirment des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

La Première Nation de Lac Saint-Martin, située à 280 km au nord de Winnipeg, avait été touchée durement par les inondations printanières de 2011. La province a donc érigé un village temporaire à Gypsumville, qui se trouve à l’ouest de Lac Saint-Martin, versant 14,7 millions de dollars de ses coffres.

Toutefois, les 60 maisons mobiles ont été boudées par les gens de la communauté et la majorité des résidences ont été transportées dans la réserve voisine de la Première Nation Little Saskatchewan ou vendues à la Première Nation Dauphin River, toutes deux également victimes des crues de 2011.

Seulement 18 des maisons construites par le gouvernement demeurent à Gypsumville. Un porte-parole du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada confirme que 10 personnes résident dans le village temporaire.

Les documents obtenus par CBC indiquent qu’entre 2011 et mars 2016, la province a dépensé 1,5 million de dollars pour les services de sécurité dans le village. Une somme à laquelle s'ajoutent environ 600 000 $ versés pour des travaux d’entretien et de maintenance.

Une deuxième tentative

En outre, depuis l’expérience du village temporaire, un deuxième projet a vu le jour pour la construction de 250 logements, de nouvelles écoles, d’un bureau du conseil de bande et d’un centre de santé pour la communauté de Lac Saint-Martin, plus près de son emplacement d’origine.

Le chantier qui s'étendra sur 4000 hectares devrait coûter au total 300 millions de dollars, financés par la province et le gouvernement fédéral.

À l’heure actuelle, 1203 sinistrés de Lac Saint-Martin habitent encore dans des logements privés ou locatifs à Winnipeg, tandis que 29 sinistrés résident dans un hôtel, aux frais du gouvernement fédéral.

« Un investissement »

Le gouvernement provincial conservateur actuel a refusé d’accorder un entretien télévisé à CBC. Cependant, dans un courriel envoyé au diffuseur public, un porte-parole gouvernemental a estimé que les fonds dépensés pour la sécurité et l’entretien du village temporaire constituaient un « investissement ».

La province prévoit de fermer le village temporaire à Gypsumville lorsque la construction du deuxième projet sera achevée.

Selon la toute dernière promesse du gouvernement fédéral, les personnes évacuées pourront emménager dans leur nouvelle communauté à l’automne 2017.

Avec des renseignements d'Austin Grabish (CBC)

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine