Retour

Le Manitoba vante les « 10 raisons VOUS devrier [sic] étudier » dans la province

Le gouvernement du Manitoba tente de recruter des étudiants internationaux francophones avec une publicité pleine d'erreurs. 

Dans l'image promotionnelle, sur dix lignes de texte, presque toutes contiennent des erreurs. Des fautes d'orthographe ou de frappe (« de class [sic] mondiale » sans « e », « l'imôt » pour « l'impôt »; d'accord (« soins de santés gratuit [sic] ») et de formulation (« universellement reconnu licences, diplômes, et certificates [sic] »). Le titre original, maintenant corrigé sur la page du gouvernement, se lisait comme suit : « 10 raisons vous devrier [sic] étudier au Manitoba ».

Une image promotionnelle du gouvernement du Manitoba, destinée aux étudiants internationaux. Photo : ©GOUVERNEMENT DU MANITOBA

Ce message s'est retrouvé mardi matin sur la page Facebook de l'ambassade du Canada en Espagne. Les responsables de la page l'ont toutefois rapidement retirée. « Merci d'avoir attiré notre attention sur [ce] document [...] dont la version française comporte de nombreuses fautes. Nous [...] avons demandé au gouvernement du Manitoba une version corrigée », écrit un porte-parole d'Affaires mondiales Canada, en réponse à Radio-Canada.

Plus généralement, nous avons remarqué que plusieurs pages du site web de la province comportent des erreurs de langue dans leur version française.

Après avoir été mise au courant des ces fautes par Radio-Canada, la province en a corrigé la majorité.

Un processus établi

Mélanie Cwikla, la directrice générale du Secrétariat aux affaires francophones du Manitoba, explique qu'il y a des procédures bien établies pour la traduction de textes gouvernementaux.

« Généralement quand il y a des erreurs qui se glissent dans le site web ou dans les documents, ce sont des erreurs faites par des fonctionnaires qui, pour quelque raison que ce soit, n'ont pas fait appel au service de traduction du gouvernement et n'ont pas suivi le processus en place pour s'assurer de la qualité du français dans nos publications », souligne-t-elle.

Le service de traduction de la province relève du service des communications. « Toute publication officielle [...] devrait passer par ces deux services pour toutes les versions françaises, et une fois que ça a été traduit et mis en page par un graphiste, le service de traduction offre la relecture d'épreuve pour s'assurer qu'il n'y a aucune erreur dans les documents finaux. »

Mélanie Cwikla ajoute que, lorsque des erreurs sont signalées, le gouvernement tente de les corriger « le plus rapidement possible ». Dans le cas de l'image mentionnée ci-dessus sur les études au Manitoba, elle dit que le ministère avait soulevé l'erreur, mais c'était pendant le moratoire sur les communications, lors de la campagne électorale.

Traduction professionnelle

Jean-Pierre Parenty, président de la firme de traduction Parenty Reitmeier Inc., rappelle l'importance d'une traduction professionnelle en règle générale.

« Il y a de la traduction à machine, comme on l'appelle. C'est bien pour traduire quelque chose à peu près, mais si ça va être quelque chose qu'on veut publier soit sur le web ou dans des journaux [...] il faut que ça soit révisé par des professionnels », dit-il.

Pour lui, un texte mal traduit envoie un message « de manque de respect pour la personne avec qui vous voulez communiquer. »

À l'heure des communications numériques toutefois, les traducteurs professionnels eux-mêmes ont de nouveaux défis à relever, avec « de plus en plus de demandes » et plus de pression pour traduire rapidement.

« Tous les traducteurs s'en plaignent, remarque Jean-Pierre Parenty. Maintenant, la société s'attend à des choses qui tournent très vite et on a de plus en plus de problèmes avec des échéanciers qui sont beaucoup trop courts. Ce qui ne nous donne souvent pas assez de temps pour revoir [les textes] correctement ».

Reste que, selon lui, un traducteur professionnel ira toujours plus vite qu'un traducteur « maison ». « Ceux qui [traduisent] eux-mêmes c'est plutôt qu'ils veulent économiser de l'argent », déclare M. Parenty. Le nombre de paires d'yeux qui passent par un texte traduit demeure aussi un gage de qualité.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine