L'individu qui aurait abattu un homme de 74 ans dans une rue de Cleveland, dimanche, pour ensuite diffuser la vidéo de son crime sur Facebook s'est enlevé la vie après avoir été pris en chasse par les policiers, a annoncé la police de la Pennsylvanie.

Recherché depuis deux jours par tous les corps de police des États-Unis pour le meurtre de Robert Godwin père, Steve Stephens avait finalement été repéré par des policiers du comté d’Erie, en Pennsylvanie, dans le nord-ouest de l’État.

Un patrouilleur a tenté une manoeuvre afin de mettre le véhicule du présumé meurtrier hors de fonction. C'est à ce moment que Steve Stephens aurait alors retourné son arme contre lui pour s’enlever la vie.

Les autorités ont reçu plus de 400 informations au cours de la cavale du suspect, dont certaines le situaient aussi loin qu’au Texas.

Les autorités ne croient pas que Stephens connaissait M. Godwin, un ouvrier de fonderie à la retraite. Celui-ci avait passé la journée du dimanche de Pâques avec son fils et sa bru avant de tomber sur Stephens.

La famille de Robert Godwin père a déclaré, avant la mort du présumé meurtrier, qu’elle lui pardonnait son geste.

« Je lui pardonne parce que nous sommes tous des pécheurs », avait déclaré Robby Miller, le fils de M. Godwin, au cours d’une entrevue accordée au réseau CNN.

Stephens n’avait aucun antécédent criminel et n’était soupçonné d’aucun autre meurtre, a précisé la police de Cleveland, qui doit donner une conférence de presse au cours de l’après-midi.

Un des enfants de Robert Godwin, Debbie Godwin, aurait souhaité l'arrestation du présumé meurtrier. « Je ne suis pas contente du tout qu'il soit mort. Si tu as commis un crime, tu dois affronter les conséquences », a-t-elle déclaré.

Selon des informations livrées aux forces policières, le véhicule de Steve Stephens aurait été vu dans le stationnement d'un restaurant de restauration rapide d'Erie, une ville située à 160 kilomètres à l'est de Cleveland. La chasse à l'homme s'est étendue sur trois kilomètres avant que le présumé meurtrier s'enlève la vie.

La police affirmait lundi que le téléphone cellulaire de M. Stephens avait été retracé une dernière fois dimanche après-midi, près d'Erie.

Facebook veut prévenir un autre drame semblable

La vidéo du meurtre, qui est demeurée pendant trois heures sur Facebook, a suscité des débats sur la façon dont le géant des réseaux sociaux modère ses contenus.

Alors qu'il participait à une conférence destinée aux développeurs, mardi, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a commenté la tragédie de Cleveland en disant que son entreprise a « beaucoup de travail à faire ».

M. Zuckerberg a ajouté que lui et ses employés étaient de tout cœur avec les proches de M. Godwin. « Nous continuerons de tout faire pour éviter que de pareilles tragédies se reproduisent », a-t-il dit.

La diffusion de ce drame est le plus récent d'une série de meurtres, d'agressions ou d'autres incidents violents diffusés en direct ou après le fait sur le réseau social. Le présumé viol collectif d'une adolescente de 15 ans, commis en mars à Chicago et diffusé en direct sur Facebook, avait choqué le chef de police de Chicago, Eddie Johnson.

Facebook a précisé qu’il allait revoir sa gestion des contenus violents.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine