Retour

Le MTQ plutôt rassurant sur l'état de la structure de l'A-40

Le ministre des Transports, Jacques Daoust, a déclaré mercredi que les premières constatations effectuées sur les lieux de l'accident laissent croire que la structure de l'autoroute 40 ouest, à Montréal, n'est pas très endommagée. Il se garde toutefois de dire quand la circulation sera rétablie, laissant le soin aux experts de terminer leur travail.

« On a constaté que le béton, à sa surface, ne semblait pas abîmé de façon excessive », a expliqué M. Daoust en point de presse, ajoutant que l'évaluation de l'état de la structure se faisait rapidement et qu'on devrait pouvoir obtenir un diagnostic plus complet dans les 12 prochaines heures. Le meilleur scénario pour une réouverture serait « dans deux ou trois jours », selon lui.

Son collègue de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a ajouté que l'on ne pouvait pas se permettre de laisser passer les voitures sur la structure tant qu'on ne connaîtra pas l'étendue des dégâts. 

« La sécurité, c'est la priorité numéro un, a renchéri le maire de Montréal. On ne peut pas prendre de chances. On doit s'assurer que l'intégrité de l'infrastructure et de la structure soit totale. »

Un important tronçon de la métropolitaine demeurera fermé à la circulation pour une durée indéterminée après l'incendie d'un camion-citerne qui a coûté la vie à un homme de 59 ans. Les policiers de la SQ ont terminé leur travail en matinée, cédant la place aux ingénieurs du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour faire le leur.

Des ingénieurs du MTQ ont pu accéder au tablier de l'autoroute vers 9 h 30, ce qui leur a permis de faire du nettoyage et de procéder à des vérifications préliminaires. Une fois qu'ils ont déplacé la carcasse carbonisée du camion-citerne, qui se trouvait à la hauteur de la rue Lajeunesse, ils ont entrepris des analyses plus poussées de l'état de la chaussée. 

Les ingénieurs du MTQ avaient pu, en matinée, s'assurer qu'il n'y avait aucun problème avec la capacité portante de l'autoroute, ce qui avait permis la réouverture de l'autoroute en direction est. Le boulevard Crémazie, voie de desserte de l'autoroute, a aussi rouvert dans les deux directions. Les automobilistes qui circulent sur l'A-40 ouest doivent jusqu'à nouvel ordre sortir à la hauteur du boulevard Saint-Michel.

En entrevue à ICI RDI, Bruno Massicotte, professeur titulaire au département de génie civil à Polytechnique Montréal, a avancé la possibilité que l'autoroute 40 ouest demeure fermée « deux à trois jours », le temps que Transports Québec puisse évaluer correctement l'intégrité du béton et de l'armature d'acier.

« Qu'il n'y ait aucun dommage, ce serait surprenant », estime-t-il, étant donné la durée et la violence du brasier. Le MTQ, dit-il, devra non seulement procéder à une inspection visuelle, mais aussi effectuer du carottage dans le béton afin d'évaluer sa résistance mécanique à la compression. Si la chaussée devait être refaite par endroits, du béton à prise rapide pourrait être utilisé, selon M. Massicotte.

Un véhicule arrêté sur la voie centrale

Au cours du même point de presse, un porte-parole de la SQ, Jimmy Potvin, a indiqué que l'attention des policiers se porte sur un véhicule qui s'est immobilisé vers 16 h sur la voie centrale de l'A-40 ouest. Cet arrêt, que confirment des images captées par des caméras de surveillance du MTQ, aurait contraint d'autres véhicules situés derrière à freiner brusquement.

Le camion-citerne n'y est cependant pas parvenu et a embouti un poids lourd qui avait freiné devant lui. Du carburant s'est répandu sur la chaussée et s'est embrasé.

Le conducteur du poids lourd a tenté d'extirper le conducteur du camion-citerne de son véhicule, mais en vain. Six autres personnes ont été blessées. Selon la SQ, elles ont subi des chocs nerveux ou des blessures mineures.

Selon M. Potvin, les policiers ont fini de recueillir tous les éléments nécessaires à leur enquête vers 11 h. Il s'agit d'une enquête criminelle, comme cela est de mise lorsqu'un accident mortel se produit. La scène a été reconstituée, des photos ont été prises et des témoins ont été interrogés. Des expertises mécaniques et techniques seront maintenant effectuées sur les quatre véhicules concernés.

En début de journée, un médecin pathologiste s'était aussi rendu sur place pour tenter d'identifier la victime. La SQ se borne à dire qu'il s'agit d'un homme de 59 ans et que sa famille confirme qu'il manque à l'appel.

Secteur à éviter

Entre-temps, les citoyens sont invités à éviter le secteur en voiture et à utiliser le transport en commun, dont le service a été bonifié. Des policiers du SPVM ont aussi été placés le long du boulevard Crémazie pour assurer la meilleure fluidité possible.

L'heure de pointe de la matinée s'est néanmoins avérée difficile pour les automobilistes qui empruntaient l'A-40 ouest jusqu'au boulevard Saint-Michel. La sortie en question ne compte qu'une seule voie, rendant impossible une canalisation efficace de tous ces véhicules et contraignant les automobilistes à s'armer de patience.

Le ministère des Transports propose des chemins de détour aux automobilistes et invite la population à suivre les indications sur les panneaux à messages variables.

Dans l'axe est-ouest : Henri-Bourassa, Côte-Vertu et Sauvé au nord / Jean-Talon et Jarry au sud

Dans l'axe nord-sud : Christophe-Colomb et Papineau à l'est / Acadie et Saint-Laurent à l'ouest

Coderre satisfait, Projet Montréal parle d'échec

Le maire de Montréal Denis Coderre, qui s'est rendu sur place dès l'aube, a salué le travail effectué depuis hier soir par tous les intervenants.

« Tout le monde a travaillé de main de maître », a-t-il affirmé, des policiers aux ambulanciers en passant par les pompiers et le ministère des Transports. « Les mesures d'urgence ont été appliquées parfaitement », s'est-il félicité.

L'heure n'est pas aux réjouissances pour Projet Montréal, qui estime que la Ville de Montréal « complètement échoué le test en ce qui a trait aux communications avec les résidents en situation d'urgence ». 

L'opposition officielle estime que « la Ville n'a pas activé son système d'avis à la communauté alors que le protocole le prévoit pour ce type d'urgence ». Elle invite l'administration Coderre à mettre en place « des mesures de mitigation supplémentaires, au cas où l'autoroute 40 demeure fermée plusieurs jours ».

Environ 200 000 véhicules empruntent chaque jour la métropolitaine.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine