Retour

Le nombre de décès a atteint un sommet au Canada en 2014

Le nombre de décès au Canada a atteint un sommet en 2014, alors que l'espérance de vie continue d'augmenter, indique un rapport de Statistique Canada.

L’agence gouvernementale a recensé 259 000 décès cette année-là. C'est le total annuel le plus élevé depuis que le système d'enregistrement de l'état civil a été introduit, en 1921.

Statitstique Canada estime que ce chiffre est appelé à augmenter considérant le vieillissement des baby-boomers, nés entre 1946 en 1965.

« Il y a eu légèrement plus de décès d'hommes (130 761) que de décès de femmes (128 060) au Canada en 2014 », peut-on lire dans le rapport de l'agence.

Espérance de vie en progression

Selon l’étude, l'espérance de vie à la naissance a atteint 79,7 ans pour les hommes et 83,9 ans pour les femmes. L’écart entre les deux sexes se rétrécit, puisque celle des hommes croît plus rapidement et se rapproche de celle des femmes.

On observe aussi une hausse constante de l'espérance de vie depuis 30 ans, une tendance qui se maintient depuis les années 20, selon le démographe André Lebel, de Statistique Canada.

« On sait qu'à l'époque les gains en espérance de vie étaient principalement expliqués par la réduction de la mortalité chez les jeunes enfants de moins de 5 ans. Aujourd'hui, pour une période plus récente, le gros de l'explication des gains en espérance de vie, qui sont toutefois plus faibles, provient de la réduction de la mortalité chez les personnes âgées », explique M. Lebel.

Le taux de mortalité infantile a atteint son niveau le plus bas. Il se situait en 1921 à 77,4 décès pour 1000 naissances vivantes. Il est maintenant de 4,7 décès pour 1000 naissances vivantes.

Le rapport indique aussi que l'espérance de vie à la naissance est la plus élevée en Colombie-Britannique et la plus faible au Nunavut.

« On sait que dans les provinces de l'Atlantique, les populations sont plus âgées. Ce sont des populations qui croissent moins rapidement. Alors que dans l'ouest du pays, ce sont des populations plus jeunes qui croissent rapidement », fait remarquer le démographe.

L’étude désigne le cancer et les maladies du cœur comme les deux principales causes de décès depuis 2000.

Près de la moitié des décès de l'année 2014 leur sont attribués. Les accidents vasculaires cérébraux, les maladies chroniques des voies respiratoires inférieures, les accidents, le diabète, la grippe et la pneumopathie, la maladie d'Alzheimer, de même que le suicide s’ajoutent à la liste.

Avec des informations d'Éric Plouffe

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine