Retour

Le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard se disputent l’origine de la Confédération

Plusieurs voix à l'Île-du-Prince-Édouard répliquent au Nouveau-Brunswick, qui se présente comme l'endroit où tout a commencé pour la Confédération.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé en novembre dernier que son slogan pour souligner le 150e anniversaire du Canada est : « Célébrons où tout a commencé ».

Cette vision des choses repose en partie sur les efforts d’Arthur Hamilton-Gordon, qui était lieutenant-gouverneur dans les années 1860. Il avait lancé l’idée de tenir une réunion pour discuter d’une union.

Le député fédéral Wayne Easter veut bien partager le mérite de la planification de l’événement, mais non le titre de berceau de la Confédération. Il ne fait aucun doute, selon lui, que la Confédération « est née à Charlottetown ».

Wayne Easter a déposé un projet de loi privé qui, s’il est adopté, reconnaîtra officiellement l’Île-du-Prince-Édouard comme le berceau de la Confédération. Ce sera une base solide qui empêchera toute « réinvention » de l’histoire à l’avenir, dit-il.

Le quotidien insulaire The Guardian, dans sa section Cheers and Jeers, accuse le Nouveau-Brunswick de vouloir réviser l’histoire en revendiquant en partie, si ce n’est en tout, le mérite d'être le berceau de la Confédération.

La sénatrice insulaire Diane Griffin a déposé mercredi dernier un projet de loi au Sénat qui duplique celui du député Easter. Ce n’est pas qu’une question de fierté, dit-elle, c’est un enjeu pour l’industrie touristique. Elle souligne que de nombreux touristes vont à l’Île-du-Prince-Édouard pour voir le berceau de la Confédération.

Qu'en disent les historiens?

D'après l'historien Maurice Basque, la part attribuée au Nouveau-Brunswick au sujet de la Confédération est « exagérée ». Ce dernier dit comprendre la « frustration des gens de l'Île-du-Prince-Édouard ».

 Le Nouveau-Brunswick est l'une des provinces [ayant participé] mais ce n'est certainement pas ici qu'est le berceau de la Confédération. 

Maurice Basque, historien

De dire que le Nouveau-Brunswick est une province instigatrice dans cette histoire est « non seulement trafiquer, jouer beaucoup avec l'histoire, mais c'est carrément mentir », indique Maurice Basque, historien.

M. Basque soutient que « les artisans qui ont pensé à ce Canada, ce sont vraiment des gens du Canada Ouest, de l'Ontario ».

Selon l’historien Edward MacDonald, de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, l’idée de tenir une réunion venait de M. Hamilton-Gordon. Mais il précise qu’il était alors question d’une union régionale. Il explique qu’on voulait tenir une réunion entre les chefs de gouvernement et les gouverneurs de la région des Maritimes.

M. MacDonald ajoute que l’idée de l’ancien lieutenant-gouverneur néo-brunswickois a vite fait boule de neige à l’extérieur des Maritimes.

Cela a mené à la conférence de Charlottetown, en 1864, où les Pères de la Confédération ont formulé les bases du pays. Les conférences de Québec et de Londres ont suivi. Puis, le 1er juillet 1867, l’union du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de l’Ontario a été proclamée.

L’Île-du-Prince-Édouard, pour sa part, a adhéré à la Confédération en 1873.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine