Retour

Le Parlement grec adopte de nouvelles réformes

Le Parlement grec a approuvé un ensemble hétéroclite de réformes censées favoriser le déblocage de l'aide internationale promise au cours de l'été et l'ouverture de négociations sur un allègement de la dette du pays.

L'adoption de ces réformes survient un peu plus d'une semaine après le vote de confiance au deuxième gouvernement de gauche du premier ministre Alexis Tsipras.

Les nouvelles mesures prévoient la reprise du remboursement des prêts internationaux et sont basées sur les exigences des créanciers.

Cette loi, adoptée par la majorité, prévoit notamment un abaissement des pensions de retraite, un report de l'âge du départ à la retraite, un renforcement des sanctions contre l'évasion fiscale ou encore une libéralisation du marché de l'énergie.

Les partis d'opposition se sont prononcés contre la majeure partie la loi, mais certains députés en ont approuvé divers articles en particulier en matière de réforme des retraites.

Le premier ministre grec a martelé l'importance d'aller de l'avant avec les réformes impopulaires pour continuer de bénéficier de l'aide financière de l'Europe et de maintenir le dialogue avec les créanciers. Cette démarche devrait permettre à la Grèce d'obtenir une nouvelle aide de 86 milliards d'euros, dont le premier versement, de deux milliards d'euros, est prévu d'ici la fin du mois d'octobre.

Il s'agissait du premier vrai test pour le gouvernement Tsipras, réélu après les législatives anticipées du 20 septembre. Son parti, Syriza, avait auparavant remporté les dernières élections tenues en janvier dernier.

Alexis Tsipras avait été contraint de démissionner en août dernier après avoir perdu sa majorité parlementaire. Des élus au sein de son parti s'opposaient au nouveau prêt et aux nouvelles conditions imposées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine