Le parolier français d'origine algérienne Roger Tabra, qui a écrit des chansons pour de nombreux artistes québécois, dont Éric Lapointe, est décédé vendredi soir en France. Il avait 67 ans.

Né à Strasbourg en 1949, il s'est établi au Québec en 1992, après avoir touché à mille et un métiers. Il y a trouvé plus qu'une terre d'accueil : des interprètes pour exprimer son univers tourmenté. Ce n'est qu'à l'âge de 45 ans qu'il deviendra célèbre.

Roger Tabra a écrit plus de 300 chansons, dont certaines ont été interprétées par France D'Amour, Luce Dufault, Isabelle Boulay, Johnny Halliday, Ginette Reno, Sylvain Cossette, Mario Pelchat et Dan Bigras.

Les textes de Tabra étaient profonds et empreints d'une grande mélancolie, raconte Dan Bigras. « Ça donnait la beauté de ses textes. Non seulement c'était une poésie d'une grande beauté, mais il écrivait comme une mitraillette. Il fallait que sa mélancolie puisse sortir. Il était incapable de ne pas être poétique », ajoute Dan Bigras, qui estime que Tabra est le « plus grand parolier » des dernières années au Québec.

Le parolier est surtout connu pour son association avec le chanteur Éric Lapointe le temps de trois albums. Sa chanson N'importe quoi a fait exploser les ventes du premier album d'Éric Lapointe en 1994. Leur collaboration culminera cinq ans plus tard, avec Mon ange.

« Ce que j'ai fait avec Lapointe, deux albums, c'est une histoire d'amour entre hommes », a dit Roger Tabra lors d'une entrevue à ICI Radio-Canada Première en avril 2010. 

La collaboration entre Éric Lapointe et Roger Tabra « c'était la rencontre du vieux continent et toute la tradition littéraire française et d'une musique moderne américaine. Cette rencontre a cristallisé nos deux héritages culturels - américain et québécois », dit Claude André, journaliste culturel et ami de Roger Tabra. 

Roger Tabra a écrit pour Éric Lapointe pendant plus de 10 ans. Après une rupture professionnelle, ils s'étaient réconciliés lors d'un hommage à Roger Tabra, organisé par le Festival du monde arabe, en 2007.

Il est également l'auteur de la comédie musicale Dracula, entre l'amour et la mort, avec Bruno Pelletier. Il a aussi fait entendre sa voix en spectacle et sur son album solo, Descente vers l'espoir.

En 2010, il a publié La Folitude, un récit autobiographique traçant le parcours sinueux de sa carrière et de sa vie. Roger Tabra a reçu la médaille de l'Assemblée nationale le 2 décembre 2013. 

En 2011, plusieurs grands noms de la musique populaire, dont Ginette Reno et Laurence Jalbert, ont interprété certains de ses textes sur un album-hommage, Avoir autant écrit.

La fille de Roger Tabry, Lily, dit qu'elle est très heureuse de voir à quel point son père était très apprécié par les Québécois. « Je garde un souvenir d'un grand maître du mot. Il était un mec génial. Il aimait le Québec. Je lui ressemble beaucoup et je suis très fière d'avoir la même gueule que lui; je vais continuer de le faire vivre à travers moi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine