Retour

Le Parti québécois engage une conseillère spéciale pour la diversité

Le chef du PQ, Jean-François Lisée, qui s'est souvent fait reprocher par les partis d'opposition ses volte-faces en ce qui a trait à l'intégration des immigrants, lance un plan d'action en matière de diversité qui sera réalisé avec l'aide d'une nouvelle « conseillère spéciale ».

La whip en chef et porte-parole du Parti québécois en matière d’immigration et de communautés culturelles, Carole Poirier, et M. Lisée ont annoncé qu’ils mettaient ainsi en branle une série d’actions pour, d’une part, se rapprocher des électeurs issus de différentes cultures et, d’autre part, « élargir significativement la place des membres de la diversité au sein du Parti québécois ».

« Est-ce [qu’il] va y avoir une majorité des membres de la diversité qui vont voter PQ en 2018? Non, mais on pense qu'il y a de la place pour un progrès significatif, que ce soit sur la laïcité, sur l'éducation, sur la sociale démocratie, sur un certain nombre de choses », a affirmé M. Lisée.

Pas tenir un référendum, un avantage

Jean-François Lisée a dit vouloir « aller plus loin qu'avant » pour atteindre les communautés culturelles et il croit que sa proposition de ne pas faire de référendum dans un premier mandat a des chances de l'avantager en ce sens.

Le fait qu'on n'ait pas décidé de tenir de référendum dans le premier mandat est une façon de détendre l'atmosphère.

Jean-François Lisée

L’arrivée dans l’équipe de Jean-François Lisée de l’indépendantiste de longue date, Évelyn Abitbol, s’inscrit donc dans la stratégie du PQ. Cette dernière a travaillé au Bloc québécois sous Lucien Bouchard et a notamment aussi occupé le poste de directrice des Relations gouvernementales et Affaires publiques à l’Université Concordia, en plus d’avoir représenté le Québec et le Maroc à la Fondation des Trois Cultures (chrétienne, musulmane et juive) à Séville.

Une tournée de la diversité

L’intention des péquistes est aussi de créer un comité pour la diversité au sein des instances du parti.

« Il y a d’une part la volonté qu'à l'intérieur du parti, la diversité soit plus vivante, plus présente, et il y a aussi la volonté de dialoguer de façon permanente, constante, avec la diversité au sens large, qui n'est pas souverainiste, mais qui a des choses à nous dire et avec laquelle nous voulons établir une connexion beaucoup plus ferme », a affirmé le chef péquiste.

La porte-parole en matière d’immigration et de communautés culturelles pour le PQ et députée de Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, a aussi annoncé qu’une tournée des députés auprès des communautés culturelles serait organisée. Elle a spécifié que les discussions seraient axées sur les enjeux de la prochaine élection.

La semaine prochaine, c'est le Conseil national du PQ. Nous allons déposer la proposition principale. Nous voulons que les membres de la diversité viennent bonifier cette proposition.

Carole Poirier, whip en chef et porte-parole du Parti québécois en matière d’immigration et de communautés culturelles

En novembre, Jean-François Lisée présentait aussi sa politique en matière de laïcité, de francisation, d'immigration et d'intégration, qui clarifiait sa position, notamment en matière d'affichage des signes religieux. Fruit d'un consensus au sein du caucus péquiste, cette politique sera plus tard présentée au congrès du parti, en 2017, afin d'y être débattue et adoptée.

Interrogé sur la possibilité que le Parti québécois ravive la Charte des valeurs de l'ancien gouvernement Marois sur laquelle il avait été très critiqué, M. Lisée a fait valoir que ses propositions sur laïcité étaient beaucoup plus « pragmatiques » et « ouvertes » que l'ancienne politique prônée par son parti.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine