Le Québec perd l'un de ses intellectuels les plus illustres : le père dominicain Benoît Lacroix est mort à 100 ans à la suite d'une brève maladie.

Encore en novembre dernier, il participait à l'émission Rendez-vous pour l'âme à Radio Ville-Marie.

La spiritualité et la sagesse de cet homme de foi indépendant de pensée ont frappé l'esprit des Québécois lors de ses passages réguliers dans les médias au cours des décennies. Il a notamment écrit, pendant pratiquement 25 ans, des chroniques pascales dans le journal Le Devoir.

L'homme était un universitaire réputé. Théologien, spécialiste des religions populaires et historien de la littérature, il était considéré comme l'un des meilleurs témoins québécois de la tradition intellectuelle qui a façonné la pensée occidentale. Il a publié pas moins d'une cinquantaine d'ouvrages scientifiques et religieux.

Le sociologue Fernand Dumont, décédé en 1997, décrivait le père Lacroix comme un humaniste accompli.

De longues études

Né dans une famille de cultivateurs à Saint-Michel-de-Bellechasse le 8 septembre 1915, Benoît Lacroix obtient une licence en théologie à l'Université d'Ottawa en 1941 et un doctorat en sciences médiévales à l'Université de Toronto en 1951. Il fait ses études postdoctorales à l'École Pratique des Hautes-Études à Paris en 1953, puis à l'Université Harvard en 1960.

Il enseigne ensuite dans plusieurs universités, au Québec et à l'étranger. Son port d'attache restera toujours l'Institut d'études médiévales de l'Université de Montréal, où il enseignera pendant 40 ans. Il y était depuis 1981 professeur émérite. 

Contribution exceptionnelle

La contribution du père Lacroix à l'étude des religions au Québec est très importante. Au début des années 1970, il inaugure une série de colloques où se réuniront pendant 10 ans des chercheurs de tous les horizons. Il crée aussi à Montréal le Centre d'études des religions populaires, un concept qui sera repris dans plusieurs villes européennes. 

En outre, il a occupé la chaire d'études québécoises à l'Université de Caen. Il a également siégé au comité scientifique de l'Institut québécois de recherche sur la culture au début des années 1980.

Il a également été membre fondateur du Centre d'interprétation des nouvelles religions. À partir de 1981, il coordonne une vaste enquête sur les rapports du peuple québécois avec ses racines religieuses.

Les détails concernant les funérailles seront connus sous peu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine