Retour

Le photojournaliste Jacques Nadeau se fait voler 30 000 clichés

Devoir Jacques Nadeau" />

Le photographe de presse Jacques Nadeau s'est fait voler l'œuvre d'une vie : quelque 30 000 photos, le fruit de 35 ans de carrière.

Photojournaliste primé du quotidien Le Devoir, M. Nadeau est atterré par la disparition de son œuvre. « C'est une partie de moi-même. C'est tout mon travail depuis 1977 », confie-t-il la voix éteinte.

« J'ai commencé en négatif avant de passer au numérique en l'an 2000, explique M. Nadeau. J'ai transféré mes négatifs en digital. »

L'œuvre de M. Nadeau a une valeur historique. Sa collection contenait sept ou huit campagnes électorales et les deux référendums. Elle contenait également des photos de voyage au Sri Lanka, en Haïti, en Italie de même que des photos de New York. « J'avais le goût de montrer aux autres ce qui se passe ailleurs. »

M. Nadeau caressait le rêve - une fois à la retraite - de revenir sur l'ensemble de son œuvre pour en tirer quelques livres, des expositions et des projets spéciaux.

Le vol des photos compromet aussi un projet particulier cher au photographe. « Depuis six mois, pendant mes week-ends de congé, je rencontrais des couples multiculturels », explique-t-il. « L'idée c'était de faire connaître aux Montréalais les couples qui viennent d'ailleurs. C'était des photos de couples qui vivent ensemble et qui nous racontent leur histoire. »

Une collection unique

La reconstitution de son œuvre par les archives de journaux s'avérera impossible en raison de la piètre qualité des photos de presse. « La résolution pour le journal est très basse comparativement à ce que l'on peut faire en exposition, pour des livres ou quoi que ce soit. Ce sont les bruts d'images qui sont disparus. Ce qui reste, ce sont des bouts d'images. »

Le photographe ne dispose d'aucune copie de sauvegarde de ses photos. « Je voulais faire ça pendant mes vacances, la semaine prochaine, pour mettre tout au même endroit et le mettre dans un lieu sécuritaire », confite-t-il.

L'annonce de la nouvelle sur son compte Facebook a provoqué une mobilisation spontanée sur les réseaux sociaux. Amateurs de photos, amis et collègues souhaitent retrouver les précieux disques durs.

La police de Montréal mène une enquête. Quant au photographe, il précise que le contenu de ses disques n'a aucune valeur financière pour les voleurs et il leur lance un appel pour qu'ils lui restituent son œuvre.

M. Nadeau espère retrouver, en rentrant chez lui, un paquet sur le pas de sa porte.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine