Un pipeline qui relie depuis 75 ans le port de Portland, au Maine, à Montréal est maintenant à sec. Pas une goutte de pétrole n'a coulé dans l'oléoduc depuis le mois de janvier.

Cet oléoduc, qui s'étend sur 380 kilomètres, servait à alimenter les raffineries de la métrople québécoise avant que celles-ci ne commencent à recevoir du pétrole de l'Ouest canadien.

Celui-ci avait été construit en pleine Deuxième Guerre mondiale, pour éviter que les bateaux allemands patrouillant dans l'Atlantique ne coulent les pétroliers qui naviguaient des États-Unis vers le Québec.

La quantité de pétrole acheminée par le pipeline avait déjà diminué depuis des années, mais l'inversion du flux dans le pipeline 9B d'Enbridge réalisé en décembre dernier, qui doit faire transiter jusqu'à 300 000 barils de pétrole par jour depuis l'Alberta jusqu'à Montréal, semble avoir signé son arrêt de mort.

Du pétrole albertain pour Portland?

L'entreprise Pipe-Lines Portland Montréal (PLPM) avait proposé, il y a quelques années, d'inverser le flux de l'oléoduc pour acheminer du pétrole de l'Alberta entre Montréal et Portland, dans le but de l'exporter.

Ce projet comportait notamment la construction d'une station de pompage à Dunham, en Estrie, ce qui avait provoqué une levée de boucliers dans la région.

Le projet est cependant de plus en plus incertain, puisque la municipalité de South Portland, où aboutit le pipeline, a adopté l'an dernier un règlement qui interdit l'exportation de pétrole brut sur son territoire, en raison des risques pour l'environnement.

PLPM conteste le règlement de la Ville devant les tribunaux fédéraux. Elle estime qu'il empiète sur les compétences du gouvernement américain en matière de régulation des pipelines et d'échanges commerciaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine