L'homme qui a tenté de mener une attaque terroriste dans une gare de Bruxelles, avant d'être abattu par des soldats, mardi soir, était un Marocain de 36 ans. Inconnu des milieux policiers, « O. Z. » a essayé de faire exploser une valise contenant des clous et des bonbonnes de gaz, selon le parquet belge.

« Cela aurait pu être bien pire », a déclaré à l’AFP un porte-parole du parquet, mercredi, au lendemain de l’attaque avortée survenue en pleine vague d'attentats terroristes en sol européen, plus particulièrement au Royaume-Uni et en France, au cours des derniers mois.

Au moins une dizaine de personnes se trouvaient autour de lui lorsqu’il a tenté de faire exploser sa valise, a indiqué le porte-parole du parquet.

L'homme, que les médias belges identifient comme étant « Oussama Z. », vivait dans la commune populaire de Molenbeek, dans l’agglomération de Bruxelles.

La commune est connue pour avoir hébergé de nombreux terroristes qui ont organisé des attaques en sol européen au nom du groupe armé État islamique (EI).

L’organisateur présumé des attentats de Paris de novembre 2015, Abdelhamid Abaaoud, et les frères Abdeslam étaient originaires de Molenbeek.

Le domicile d’O. Z. a d’ailleurs été perquisitionné.

Le parquet a qualifié les actions d’O. Z. de « tentative d'assassinat terroriste ».

L'attaque ratée

L’auteur de l’attaque avortée contre la gare de Bruxelles a tout d’abord provoqué « une explosion partielle » sans faire de blessé.

« Sa valise a immédiatement pris feu », a expliqué le parquet, en ajoutant que l’individu avait « alors abandonné son bagage en flammes pour descendre sur le quai à la poursuite d'un chef de gare ».

« Entre-temps, la valise a explosé une deuxième fois de façon plus violente », a poursuivi le parquet.

Après être remonté dans le hall de la gare, O. Z. a été abattu lorsqu’il « s'est précipité sur un militaire en criant « Allah Akbar » ».

« Le militaire a immédiatement ouvert le feu en touchant l'individu, qui ne portait pas de ceinture explosive, à plusieurs reprises », poursuit le parquet. « Il est décédé sur place, des suites de ses blessures. »

Les explosions ont créé un véritable mouvement de panique parmi les usagers, selon le gestionnaire du réseau ferroviaire belge. « Des gens traversaient des voies », a raconté un porte-parole.

La gare a été fermée jusqu’à 8 h 15 mercredi matin.

Cette attaque ratée est la deuxième en deux jours à ne tuer que l’assaillant. Un autre islamiste a été tué sur les Champs-Élysées, mardi, lorsqu’il a lancé sa voiture contre un fourgon de la gendarmerie.

« Nous ne nous laissons pas intimider par les terroristes », a déclaré de son côté le premier ministre belge, Charles Michel, confirmant que l'évaluation du niveau de la menace terroriste au pays demeurait inchangée, à 3 [menace possible et vraisemblable] sur une échelle de 4.

« Pour les événements qui supposent la présence de nombreuses personnes, nous allons prendre des mesures complémentaires », a-t-il toutefois ajouté, en réponse à une question de la presse au sujet d’un concert du groupe rock britannique Coldplay qui doit avoir lieu mercredi soir à Bruxelles.

Bruxelles a été la cible d'attentats-suicides à l'aéroport et dans une station de métro en mars 2016. La capitale belge a aussi été le point de départ des commandos islamistes qui ont frappé à Paris en novembre 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine