Retour

Le PQ plus à même de gouverner, selon Martine Ouellet

Pour la députée de Vachon, Martine Ouellet, le Parti québécois (PQ) serait le parti le plus à même de gouverner en 2018 avec la proposition principale présentée, samedi, par son nouveau chef, Jean-François Lisée, au conseil national de la formation politique à Québec.

En clarifiant sa position au sujet du pétrole et sur un éventuel référendum, Jean-François Lisée positionne le parti comme le plus rassembleur au sein des formations politiques québécoises, croit celle qui a brigué la direction du PQ en 2016.

Ce qui est important, c’est que le Parti québécois est le mieux placé pour rassembler et pour gouverner en 2018.

Martine Ouellet, députée de Vachon

Sa candidature au Bloc québécois

Questionnée en marge du conseil national du Parti québécois à Québec sur son intérêt à briguer la direction du Bloc québécois, la députée de Vachon a défendu avec vigueur la possibilité d'occuper à la fois ses fonctions de députée et une éventuelle fonction de chef du Bloc québécois.

Si certains de ses collègues jugent que la fonction de député requiert de s'y consacrer à temps plein, Martine Ouellet rappelle qu’elle ne serait pas la première à combiner des fonctions de député et de chef de parti.

Je peux vous nommer François Legault, Jean-François Lisée, Philippe Couillard, Françoise David [...] C’est sûr que c’est une tâche qui est plus grande, c’est certain.

Martine Ouellet, députée de Vachon

À cet effet, elle rappelle avoir occupé à la fois ses fonctions de ministre des Ressources naturelles et de députée au sein du gouvernement de Pauline Marois entre septembre 2012 et avril 2014.

L'avantage d'une représentation aux deux ordres de gouvernement

Pour Martine Ouellet, le dossier du pipeline Énergie Est démontre l'importance pour le Québec « d'avoir un pied dans les deux paliers [fédéral et provincial] » avec un projet dont les enjeux environnementaux sont de compétence fédérale.

Elle fait valoir qu'une représentation québécoise au sein de partis fédéraux et provinciaux constituerait un avantage pour défendre les enjeux de cette nature.

Ce dossier-là [Énergie Est] est de compétence fédérale, mais ses impacts et risques environnementaux sont au Québec.

Martine Ouellet, députée de Vachon

La députée de Vachon confirme « qu’il y a un intérêt » pour jouer ce rôle, mais dit poursuivre sa réflexion jusqu’au 4 février, date à laquelle se tient le conseil général du Bloc québécois, lors duquel seront entérinées les modalités de la course à la direction du parti.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine