Retour

Le PQ va traverser la tempête, dit Bernard Drainville

Le leader parlementaire du Parti québécois (PQ), Bernard Drainville, reconnaît que sa formation politique est dans une période difficile.

Un texte de Mylène Crête

« La tempête, on va la traverser, affirme Bernard Drainville dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir. Il y a une accumulation de petits épisodes qui, mis bout à bout et vus de l'extérieur si vous regardez ça comme commentateur, vous pouvez trouver que ça fait beaucoup. »

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a fait l'objet de plusieurs controverses au cours des dernières semaines.

Celles-ci ont culminé récemment avec des révélations sur l'usage allégué de paradis fiscaux par des entreprises liées à Québecor World à l'époque où Pierre Karl Péladeau faisait partie de son équipe de direction. Elles auraient servi à faire de l'évitement fiscal, une pratique légale, mais controversée.

Un reportage de l'émission Enquête a également soulevé des questions sur les qualités de gestionnaire de Pierre Karl Péladeau lorsqu'il dirigeait Québecor. À cela s'ajoutent les conjectures sur son avenir au sein du parti suscitées par son absence de quelques jours pour des raisons personnelles. Ce sont autant d'événements qui ont monopolisé l'attention médiatique et mis le chef du PQ sur la défensive.

Bernard Drainville attribue ces controverses à une « bulle médiatique » et ne croit pas qu'elles empêchent le PQ de s'acquitter de ses tâches d'opposition officielle efficacement.

« De l'intérieur, on continue à faire notre travail. L'équipe est très efficace, soudée, poursuit Bernard Drainville. Les députés se préparent à la rentrée, puis le chef a l'appui du caucus, a l'appui de l'équipe et a l'appui des militants qui l'ont élu. »

Les travaux de l'Assemblée nationale reprendront le 9 février.

Plus d'articles

Commentaires