Retour

Le premier ministre Shinzo Abe dirigera le Japon encore 4 ans

Le chef du gouvernement japonais Shinzo Abe a remporté une large victoire aux élections législatives anticipées de dimanche, selon les sondages effectués à la sortie des bureaux de vote, ce qui lui permettra de rester aux commandes du pays jusqu'en 2021.

La coalition conservatrice du premier ministre nationaliste devrait remporter 312 sièges sur les 465 de la chambre basse, selon des estimations de la télévision publique NHK, malgré les scandales de favoritisme qui ont pesé sur la cote de popularité de M. Abe.

Ce faisant, la coalition formée du Parti libéral-démocrate du premier ministre et son partenaire Komeito franchissent la barre d'une « super majorité » des tiers des sièges, soit 310 députés.

Les autres partis en lice récolteraient 143 sièges.

Les résultats officiels pourraient ne pas être connus avant lundi.

Avant les élections, la coalition gouvernementale disposait de 318 sièges à la chambre basse du Parlement.

Il s'agira d'un troisième mandat pour Shinzo Abe et d'un record de longévité pour un premier ministre japonais.

Après l'annonce de sa victoire, le politicien s'est engagé à se montrer ferme envers la Corée du Nord.

« Comme je l'avais promis pendant les élections, ma tâche imminente est d'agir avec fermeté envers la Corée du Nord. Pour cela, une diplomatie forte est nécessaire. Je veux renforcer notre puissance diplomatique après la confiance que nous avons obtenue », a-t-il déclaré à une chaîne de télévision.

Shinzon Abe devance ainsi de loin une opposition faible, composée de deux partis récemment créés : le Parti de l'espoir, un parti de droite dirigé par la charismatique gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, qui a elle-même décidé de ne pas se présenter au Parlement, et le Parti démocrate constitutionnel, de centre gauche. Le morcellement des partis d'opposition a d'ailleurs guidé la décision du premier ministre de déclencher des élections anticipées le mois dernier, pour profiter de leur faiblesse.

Économie et Corée du Nord

Durant une courte campagne électorale de 12 jours, centrée sur la Corée du Nord et les questions économiques, Shinzo Abe a surtout vanté sa politique de relance de l'économie, faite de largesses budgétaires et d'une politique monétaire consistant à alimenter le marché en liquidités.

Il a également souligné son désir de tenir tête à la Corée du Nord, qui a récemment tiré des missiles au-dessus du territoire japonais. M. Abe propose à ce sujet d'augmenter les moyens de défense antimissile et d'amplifier l'alliance avec les États-Unis, déjà renforcée par l'approbation en septembre 2015 de lois permettant en théorie aux Forces japonaises d'autodéfense d'appuyer un allié en difficulté à l'étranger.

En maintenant sa majorité des deux tiers à la chambre basse, comme c'est déjà le cas au Sénat, le premier ministre pourra aller de l'avant avec son idée d'organiser un référendum pour réviser la Constitution, dictée en 1947 par les États-Unis après la reddition du Japon, à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dans le contexte de fortes tensions avec la Corée du Nord, M. Abe souhaite mentionner clairement l'existence d'une armée nationale dans l'article 9, celui qui précise actuellement que le pays renonce « à jamais » à la guerre comme moyen de régler les différends internationaux, tout en gardant, dit-il, ses trois principes fondamentaux, soit la démocratie, le respect des droits de l'homme et le pacifisme. Il souhaite aussi inscrire dans la Constitution la gratuité scolaire et y définir l'état d'urgence.

En ce qui concerne la révision constitutionnelle, M. Abe a tenu à ménager les attentes, semblant vouloir dégager un consensus, et ce malgré les pressions des nationalistes les plus fervents.

« Je ne prévois pas de proposer (l'amendement) avec la seule coalition au pouvoir. Nous essayerons d'avoir le soutien du plus grand nombre possible », a-t-il ainsi indiqué, en ajoutant qu'il envisageait de discuter, entre autres, avec le Parti de l'espoir dirigé par la gouverneure de Tokyo.

L'élection a été perturbée par des pluies torrentielles et des vents violents causés par l’approche du typhon Lan.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine