Retour

Le président de la Cour suprême du Venezuela propose d'alourdir les peines pour trahison

Le président de la Cour suprême du Venezuela a proposé mardi devant l'Assemblée constituante de faire passer à plus de 50 ans la peine maximale pour trahison ou terrorisme, alors qu'elle est présentement de 30 ans.

Dans son allocution, Maikel Moreno a plaidé en faveur d’une « révision exhaustive » de la législation pénale.

Le président de la Cour suprême a cité parmi ces crimes « l'homicide, l'enlèvement, la trahison de la patrie, le terrorisme et le vol ». Ceux qui en sont reconnus coupables devraient passer plus de 50 ans derrière les barreaux, a-t-il affirmé.

Or, le président du pays Nicolas Maduro accuse souvent ses adversaires politiques de trahison ou de terrorisme.

Maikel Moreno a été applaudi par les membres de la Constituante, assemblée mise sur pied par le président Maduro, dotée d'importants pouvoirs, et qui a le mandat de modifier la Constitution adoptée à l’arrivée au pouvoir de Hugo Chavez en 1999.

Celle-ci prévoit qu'« il n'y aura pas de peines perpétuelles ou infamantes » et que « les peines de détention ne dépasseront pas 30 ans ».

Des milliers de personnes ont été arrêtées et 125 autres ont été tuées, depuis quatre mois, à l’occasion de nombreuses manifestations dénonçant le gouvernement de Nicolas Maduro.

Foro Penal estime qu’il y a présentement autour de 600 « prisonniers politiques » au Venezuela, ce que nie le gouvernement, qui soutient plutôt que ces individus ont commis des crimes.

L’Assemblée constituante a été élue le 30 juillet lors d'un scrutin ponctué de violences et faisant l'objet d'allégations de fraude électorale.

Plus d'articles