Retour

Le procès de Salim Alaradi aux Émirats arabes unis ajourné au 29 février

Salim Alaradi était en cour lundi. Sa famille dit que le juge a accepté que l'homme de 46 ans soit examiné par un médecin légiste afin de savoir s'il a subi de mauvais traitements, avant d'ajourner le procès jusqu'au 29 février.

La famille du Canadien originaire de la Libye craint qu'il n'ait pas droit à un procès équitable. Détenu depuis un an et demi, Salim Alaradi est accusé de financement et de coopération avec des organisations terroristes.

L'ambassadeur du Canada aux Émirats arabes unis ainsi que le neveu de Salim Alaradi, Ahmed Elaradi, ont pu assister au procès, selon l'avocat en droit de la personne qui aide M. Alaradi, Paul Champ.

Il croit que le procès ne devrait même pas aller de l'avant puisque les présumées activités terroristes auraient eu lieu en Libye. Me Champ souligne que les autorités émiraties n'ont aucune compétence légale sur ces faits puisque la Libye ne reconnaît pas les crimes commis.

Paul Champ ne comprend pas l'intérêt des Émirats arabes unis dans ce dossier. Il soutient que son client a été torturé pour obtenir une confession.

Salim Alaradi a été arrêté dans une chambre d'hôtel en août 2014 et est retenu depuis aux Émirats arabes unis.

Selon Me Champ, l'homme d'affaires fabrique des appareils électroménagers aux Émirats arabes unis et les vend au Moyen-Orient et en Afrique.

Des experts de l'ONU condamnent le procès 

Des experts des Nations unies « condamnent le procès » et demandent la libération immédiate de cinq détenus, dont Salim Alaradi.

Ils affirment avoir enquêté sur cette affaire depuis juin 2015 et concluent que les Émirats arabes unis sont responsables de la détention arbitraire de Salim Alaradi et que celle-ci est illégale.

L'ONU a aussi indiqué être en possession « d'informations crédibles » selon lesquelles M. Alaradi et d'autres détenus ont été torturés pour les contraindre à passer aux aveux.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan E. Menendez, ajoute que les individus ont été confinés à des prisons secrètes ou placés en isolement pendant de longues périodes depuis le début de leur détention.

Les experts estiment que les règles pour un procès juste ont été très sérieusement enfreintes, au point où Salim Alaradi devrait être libéré immédiatement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards