Un des plus longs procès au pays entame son dernier droit. Le procès sur l'affaire Cinar, commencé le 12 mai 2014, en est maintenant à l'étape des plaidoiries.

Un texte de Catherine Kovacs

Ronald Weinberg, cofondateur de Cinar, John Xanthoudakis, ex-PDG de Norshield, et Lino Matteo, ex-PDG de Mount Real, sont accusés d'avoir détourné 126 millions de dollars aux Bahamas entre 1997 et 2005. Ils doivent aussi répondre à des accusations de fabrication et d'usage de faux, ainsi que de faux prospectus.

Ronald Weinberg a fondé Cinar à la fin des années 70 avec son épouse Micheline Charest, morte en 2004 de complications liées à une chirurgie esthétique.

Cinar, spécialisée dans les films d'animation, accumulait les succès jusqu'à ce que l'auteur Claude Robinson accuse les fondateurs de l'entreprise de plagiat.

De plus, en 2003, une enquête policière a été instituée après que le conseil d'administration de la compagnie eut réalisé que des millions avaient disparu.

Les trois accusés avaient été arrêtés en 2011 après une longue enquête menée par la Sûreté du Québec au Canada, aux Bahamas et aux États-Unis.

Ronald Weinberg a plaidé son innocence, mais la Couronne a fait valoir, preuves à l'appui, que le cofondateur de Cinar était au fait du détournement de fonds vers des paradis fiscaux.

Concernant l'affaire de plagiat des oeuvres de Claude Robinson, Cinar a été condamnée par la Cour suprême, en décembre 2013, à verser plus de 4 millions de dollars en dommages et intérêts à l'auteur. M. Robinson a toutefois rencontré plusieurs difficultés pour récupérer les sommes dues.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine