Retour

Le programme de remplacement des vieux poêles à bois relancé sans l'aide de Québec

EXCLUSIF – L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique s'apprête à relancer son programme de subvention destiné à remplacer les vieux poêles à bois par des appareils moins polluants. Il permettra aux propriétaires de poêle à bois d'obtenir jusqu'à 300 dollars pour acheter un appareil conforme aux normes environnementales.

Le programme s'appelle « Changer d'Air ». Il a été populaire il y a quelques années, mais il a été suspendu en 2013 quand le gouvernement du Québec a décidé de cesser de le financer.

La demande est cependant toujours là, soutient la directrice par intérim de L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, Jocelyne Lachapelle.

Des citoyens appellent encore tous les jours au bureau de l'AQLPA. La demande est forte aussi du côté des municipalités. L'Association des professionnels du chauffage était prête à embarquer aussi. Alors, on s'est dit qu'il y a trop de demande, on y va comme ça.

Jocelyne Lachapelle, directrice par intérim de l'AQLPA.

Sans financement de Québec, le programme sera cependant deux fois moins généreux qu'avant. Au lieu de recevoir jusqu'à 600 dollars pour remplacer un poêle à bois, ce sera 300 dollars. L'argent proviendra des membres de l'Association des professionnels du chauffage (les détaillants et les manufacturiers) ainsi que des municipalités participantes.

Il y a des épisodes de smog dans à peu près tous les petits villages au Québec où on chauffe avec des poêles à bois. Partout, partout c'est gris en hiver. Comme je vous dis, on a à peine commencé et il y a une centaine de municipalités déjà inscrites au nouveau programme.

Jocelyne Lachapelle, directrice par intérim de l'AQLPA.

Les nouveaux poêles à bois émettent en moyenne 4 grammes et demi de particules fines à l'heure. Ils sont environ 90 % plus performants que les poêles à bois construits dans les années 1970 et 80 qui émettaient 70 grammes de particules fines à l'heure, précise la directrice de l'Association des professionnels du chauffage Chantal Demers. Elle soutient que la différence est visible à l'oeil nu, car la fumée qui sort des cheminées n'est plus blanche, mais s'apparente davantage à de la vapeur d'eau.

On aimerait bien que le gouvernement décide de mettre de l'argent de plus pour aider les citoyens à prendre leur décision. Mais écoutez le but reste d'aider les gens à faire le changement pour des appareils qui sont maintenant parmi les plus propres en Amérique du Nord.

Chatal Demers, présidente de l'Association des professionnels du chauffage.

Remplacer un poêle à bois peut certes coûter cher. Chantal Demers évoque un montant de 3000 à 5000 dollars. La différence dépend souvent du fait qu'il faille adapter ou non la cheminée. L'investissement en vaut tout de même la peine puisque les poêles plus performants consomment moins de bois. Selon l'Association des professionnels du chauffage, une économie annuelle d'environ 33 % du coût d'achat des cordes de bois dont donc être prise en compte.

Plus d'articles

Commentaires