Retour

Le projet fédéral de diminuer le taux d’alcool permis au volant ne fait pas l'unanimité

La ministre fédérale de la Justice songe à abaisser le taux limite d'alcool au volant de 80 mg à 50 mg par 100 ml de sang (soit de 0,08 à 0,05), selon une lettre envoyée en mai à son homologue québécoise, Stéphanie Vallée. Or, cette mesure à elle seule n'améliorerait pas la sécurité sur les routes du Québec, avertit Éduc'alcool.

« Modifier une loi fédérale, ce n’est pas comme sortir un lapin d’un chapeau, lance Hubert Sacy, directeur de l’organisme qui vise à améliorer la relation des Québécois avec l’alcool. Notre problème n’est pas de savoir si c’est 0,05 au lieu de 0,08. [C'est plutôt] qu’est-ce qui, dans les circonstances actuelles, va améliorer le plus la sécurité routière? »

Selon lui, il faut plutôt adopter une série de mesures pour s’attaquer au problème de l’alcool au volant.

Opter pour un cocktail de mesures

« Il n’y a pas suffisamment de contrôles routiers au Québec, illustre M. Sacy. Environ 70 % des Québécois n’ont pas la perception qu’ils se feront épingler dans un barrage. »

Tant que cette perception perdure, des gens prendront encore le volant avec des facultés affaiblies, explique le directeur d’Éduc’alcool.

D’autre part, les policiers devraient pouvoir effectuer des tests d’alcoolémie aléatoires, ajoute-t-il. Actuellement, ils ne peuvent tester un automobiliste que s’ils ont un doute raisonnable qu’il est en état d’ébriété.

Enfin, les barmans et les serveurs ne reçoivent pas de formation obligatoire pour s'occuper des clients éméchés qui pensent prendre le volant, contrairement à ce qui se passe dans d'autres provinces, explique M. Sacy.

Du côté de CAA-Québec, on croit que le changement de loi serait trop brusque au Québec où, contrairement aux autres provinces, on n'impose pas de sanction administrative aux automobilistes qui ont un taux d'alcool entre 0,05 et 0,08.

« Le moment est peut-être mal choisi dans le contexte où, dans moins d’un an, le cannabis pour des fins récréatives sera rendu légal, ajoute Pierre Olivier Fortin, conseiller en communications à CAA-Québec. Les policiers vont en avoir déjà plein les bras avec la sensibilisation et l’éducation. »

Suivre l’exemple européen

Dans sa lettre, la ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould remet en question la limite de 0,08 introduite dans le Code criminel en 1969 sous le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau.

« La limite actuelle de 80 mg avait été établie à la lumière de résultats de recherche de l'époque selon lesquels le risque d'être impliqué dans un accident de la route mortel était deux fois plus élevé à ce taux d'alcoolémie, écrit-elle. Des recherches plus récentes indiquent que les données initiales avaient sous-estimé ce risque. »

Elle cite l’Irlande, l’Australie et la France qui ont adopté la limite de 50 mg par 100 ml de sang. En Irlande, « L'abaissement du taux d'alcoolémie à 50 mg, combiné au dépistage obligatoire d'alcool, a donné lieu à une diminution de 50 % des accidents mortels sur la route, et à une réduction approximative de 65 % du nombre d'accusations », fait-elle valoir.

« La culture de l’alcool en Irlande et en Australie n’est pas la même que celle du Québec, fait valoir M. Sacy. Ensuite, on n’a pas changé que la limite à 0,05. [...] On a adopté toute une série de mesures complémentaires qui, ensemble, ont donné des résultats. »

À l’inverse, la France a seulement décidé de baisser le taux d'alcoolémie permis à 50 mg/100 ml, sans aucune autre mesure. « La conduite avec des facultés affaiblies a augmenté de 10 % », a soutenu le directeur d’Éduc’alcool en entrevue à RDI Matin.

« Ce n’est pas en claquant des doigts qu’on va régler le problème », déplore-t-il en mentionnant que la ministre Wilson-Raybould n’a donné que six semaines cet été à son organisme pour émettre un avis. « Ça mérite qu’on s’assoie tous ensemble pour voir tout ce qu’il faut faire », ajoute-t-il­.

En cherchant à consulter la ministre québécoise de la Justice, Jody Wilson-Raybould laisse entendre qu'elle compte modifier le projet de loi déposé en avril visant à resserrer les règles autour de la conduite avec des facultés affaiblies. Les députés étudieront le dossier à la reprise des travaux parlementaires cet automne.

Les propriétaires de bars s’y opposent

L’Union des tenanciers de bars du Québec (UTBQ) a par ailleurs fait savoir qu’elle s’opposait à la diminution du taux d’alcoolémie autorisé.

Selon Peter Sergakis, président de l’UTBQ, cette proposition ne sert aux politiciens, qui « disent n’importe quoi », qu’à « se faire du capital politique ».

Le gouvernement fédéral se prépare à légaliser la marijuana, rappelle M. Sergakis, et l’application des deux mesures ne serait pas, selon lui « logique ». « Trudeau, là, avec la mari qu'il va légaliser, il va geler tout le monde! C'est deux poids, deux mesures! Il va geler le monde, puis là, il veut les empêcher de boire. Où est la logique? », s'est-il insurgé en entrevue avec La Presse canadienne.

La réduction du taux d’alcoolémie autorisé n’aura pas d’effet sur les délinquants et les récidivistes, plaide l’UTBQ. Ils sont les véritables responsables des problèmes d’alcool au volant, et non pas les gens qui ont entre 50 et 80 mg par 100 ml de sang.

L’organisation demande donc au gouvernement de surseoir à cette politique, et de plutôt investir dans les effectifs des corps policiers, afin de tenir des barrages routiers de façon plus régulière.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine