Retour

Le promoteur immobilier en faillite Jacques St-Pierre fait de nouvelles victimes

Le promoteur immobilier en faillite Jacques St-Pierre a fait de nouvelles victimes. Une enquête de La facture a révélé le stratagème grâce auquel il a pu mettre la main sur l'argent versé en acompte par ses clientes.

Le rêve de deux soeurs

Mélanie Latulippe, copropriétaire d'un restaurant à Québec, a travaillé fort pour mettre un peu d'argent de côté et réaliser un rêve qu'elle caresse depuis longtemps avec sa sœur : la construction de maisons jumelées où elles vivraient côte à côte.

C'est le promoteur immobilier Jacques St-Pierre et la compagnie Groupe Condos Lov qui sont derrière le projet. L'homme d'affaires leur demande 40 000 $ d'acompte, mais le projet ne voit jamais le jour.

Un promoteur en faillite bien connu

Jacques St-Pierre a fait la manchette à La facture en 2001 et en 2009. Il y a quelques semaines, nous révélions qu'en 2014, il avait berné des clients en conservant leurs acomptes sans jamais construire leurs condos.

En faillite et incapable d'administrer une entreprise, Jacques St-Pierre a avoué avoir utilisé sa conjointe comme prête-nom, entre autres à la tête de la compagnie Groupe Condos Lov.

Le rôle du prête-nom

En février 2014, c'est donc Nicole Thibault, la conjointe de Jacques St-Pierre, qui signe des contrats avec Mélanie Latulippe et sa sœur, où elle s'engage à réaliser le projet de maisons jumelées.

Bien qu'elle soit présidente du Groupe Condos Lov, elle n'a pourtant rien à voir avec le domaine de la construction. C'est ensuite Jacques St-Pierre lui-même qui écrit aux deux sœurs. Il leur demande d'envoyer leur dépôt chez Habitec 2000, une compagnie de construction qui n'était pas accréditée à un plan de garantie. Son président est une connaissance de longue date de Jacques St-Pierre.

Les deux chèques de 20 000 $ sont encaissés, mais rien ne bouge. Peu de temps après, Habitec 2000 déclare faillite. Les maisons jumelées n'ont pas été construites et les 40 000 $ d'acompte, qui n'étaient pas protégés, se sont envolés.

Un ex-consultant de Jacques St-Pierre se confie

Steve Perron, consultant en communications, a travaillé pour Jacques St-Pierre sur quelques dossiers de construction. En 2014, le promoteur retient à nouveau ses services pour le projet de condos que voulait aussi développer la compagnie Groupe Condos Lov. Il croit savoir à quoi servaient parfois les acomptes.

Où sont passés les 40 000 $ d'acomptes?

Jacques St-Pierre a dit que les dépôts des deux soeurs ont disparu dans la faillite d'Habitec 2000. Pour en avoir le cœur net, La facture a obtenu du syndic les documents concernant cette faillite.

Nous avons découvert qu'en mars 2014, quelques jours après avoir encaissé les 40 000 $ d'acompte, Habitec a signé un chèque de 3000 $ à Jacques St-Pierre ainsi que cinq autres chèques à des employés ou à des entreprises à qui il devait de l'argent. C'est en tout un peu plus de 20 000 $ qui sont sortis des caisses d'Habitec 2000.

Sur chacun des chèques, il y a preuve écrite que tout cet argent a été pris directement du dépôt fait par les deux sœurs.

Qui est responsable face aux clients?

Pour Daniel Gardner, enseignant de droit des contrats à l'Université Laval, il ne faut pas prendre le rôle du prête-nom à la légère.

Jacques St-Pierre se défend

Jacques St-Pierre ne veut pas qu'on s'intéresse au rôle de prête-nom qu'a joué sa conjointe à la signature des contrats.

Selon Jacques St-Pierre, il n'y avait rien d'illégal à ce qu'Habitec paye ses dettes à même les acomptes de ses clientes. Au moment de notre rencontre, il a insisté pour dire qu'il essayerait de rembourser ce qu'il doit.

Poursuite, enquête et accusations?

Mélanie Latulippe et sa soeur ont intenté une poursuite contre Jacques St-Pierre et sa conjointe.

De son côté, la Régie du bâtiment vient d'ouvrir une enquête sur Jacques St-Pierre et Condos Lov.

L'enquête menée par l'unité des fraudes de la police de Québec est terminée. Le dossier a été transféré à un procureur de la Couronne, qui devra déterminer si des accusations criminelles seront portées.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine