Retour

Le Québec a-t-il encore un des plus hauts taux de suicide chez les jeunes?

Dix personnes se suicident chaque jour au Canada. Chez les adolescents et les jeunes adultes, le suicide demeure la 2e principale cause de décès. Par le passé, le Québec avait l'un des taux de suicide chez les jeunes les plus élevés dans le monde. Est-ce que la situation a évolué au cours des dernières années?

Un texte de Vincent Maisonneuve

Dans les années 1980 et 1990, le taux de suicide chez les jeunes hommes au Québec était très largement supérieur à la moyenne canadienne. Au milieu des années 1990, on a atteint au Québec une pointe de 40 suicides par 100 000 habitants, alors que la moyenne nationale était d’environ 10 suicides par 100 000 habitants.

Le taux de suicide chez les jeunes de 15 à 24 ans au Québec était alors parmi les plus élevés dans le monde. À l’époque, certains chercheurs montraient du doigt l’éclatement de la famille, le manque de soutien offert aux adolescents et leurs difficultés à s’imaginer un bel avenir.

Au cours des 30 dernières années, le Québec a multiplié les efforts en matière de prévention et de sensibilisation. Depuis 2000, le taux de suicide chez les jeunes Québécois a baissé significativement. Il rejoint aujourd’hui la moyenne nationale.

Depuis le début des années 70, le taux de suicide chez les Canadiens de 15 à 19 ans est demeuré stable dans l'ensemble du pays. Durant cette période, le taux de mortalité, qui réunit l’ensemble des causes de décès, a connu un important recul et le taux d’accident mortel chez les jeunes a sérieusement diminué.

La détresse des jeunes Autochtones

Un rapport du gouvernement fédéral, rédigé dans les années 1980, indiquait que le taux de suicide était 10 fois plus élevé chez les jeunes Autochtones que pour le reste des jeunes Canadiens. Plus de 30 ans plus tard, la situation ne s’est pas vraiment améliorée. Dans certaines communautés autochtones, le taux de suicide chez les garçons dépasse 100 suicides par 100 000 habitants, une différence marquée comparativement à la moyenne nationale de 10 suicides par 100 000 habitants.

La détresse est encore plus forte chez les hommes un peu plus âgés.

Au Canada, le taux de suicide le plus élevé est observé chez les hommes de 45 à 59 ans. Au Québec, le taux de suicide chez les hommes qui ont de 45 à 64 ans (32,2 par 100 000 habitants) est plus élevé que les autres groupes d’âge.

Parmi les 4000 personnes qui meurent par suicide chaque année, 90 % souffraient d’un problème de santé mentale.

Plus d'articles

Commentaires