Retour

Le Québec accueillera 7300 réfugiés syriens d'ici la fin de 2016

Québec, qui recevra 3650 réfugiés syriens cette année, prévoit en accueillir autant l'an prochain. Une opération qui sera menée en collaboration avec Ottawa et dans laquelle Québec engage 29 millions de dollars par année.

Le ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, et sa collègue du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, ont présenté mercredi matin le plan du gouvernement du Québec pour accueillir les 7300 réfugiés syriens d'ici la fin de 2016.

Pour ce faire, Québec entend travailler en étroite collaboration avec Ottawa, qui s'est engagé à assumer une partie des frais encourus par l'accueil des réfugiés dans la province.

Le gouvernement du Québec débloque quant à lui 29 millions de dollars cette année et l'an prochain pour assurer l'accueil et l'intégration des réfugiés dans le système social québécois.

La majorité des réfugiés parrainés au privé

Il est à noter que la majorité des 7300 réfugiés attendus au Québec au cours des deux prochaines années seront parrainés par des familles et des organismes québécois qui les prendront en charge.

Ainsi, cette année, 2900 des 3650 réfugiés sont parrainés, ce qui laisse 750 réfugiés à prendre en charge pour le gouvernement québécois.

Pour 2016, on sait déjà qu'au moins 2600 réfugiés seront parrainés. L'État devrait donc s'occuper des 1050 réfugiés restants.

Pour consulter ce tableau avec votre appareil mobile, cliquez ici. 

L'Organisation de la sécurité civile coordonnera les efforts

Par ailleurs, Québec confie à l'Organisation de la sécurité civile du Québec la tâche de coordonner tous les efforts d'accueil sur son territoire.

Pour loger, nourrir, soigner et intégrer tous ces gens, l'OSCQ travaillera en étroite collaboration avec les Forces armées canadiennes, la Croix-Rouge et les municipalités.

Pas moins de 13 villes québécoises ont manifesté leur intérêt jusqu'ici pour accueillir des réfugiés syriens.

En ce qui a trait à l'éducation, sur les premiers 3650 réfugiés, au moins 1000 devront être intégrés au réseau scolaire québécois. Ce qui représente un défi pour le système public d'éducation déjà éprouvé par des années de compressions budgétaires.

Villes québécoises prêtes à accueillir des réfugiés syriens

Pour consulter cette carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Plus d'articles

Commentaires