Retour

Le réchauffement climatique prolonge la saison des feux de forêt

Des chercheurs américains et australiens soutiennent que la saison des incendies de forêt dure près de 20 % plus longtemps qu'il y a 35 ans. Et selon eux, les changements climatiques ne sont pas étrangers à ce phénomène.

Leurs conclusions, publiées mardi dans la revue Nature Communications, montrent qu'entre 1979 et 2013, la saison des feux a été prolongée en moyenne de 18,7 %.

Ce phénomène serait observable partout sur la planète, sauf en Australie.

Selon eux, la météo constitue le principal facteur de risque des incendies : température, humidité, précipitations, vents... autant d'éléments affectés par le changement du climat.

Quelque 3,5 millions de kilomètres carrés brûlent chaque année sur la planète, soulignent les chercheurs. Dans la dernière décennie, le coût annuel de la lutte contre les incendies de forêt s'est élevé à 1,7 milliard de dollars pour les États-Unis seulement.

Les chercheurs émettent une mise en garde. « Si ces tendances se poursuivent, un risque d'incendie accru pourrait avoir des impacts socio-économiques, écologiques et climatiques très importants », tranchent-ils.

Leurs conclusions rejoignent celles d'autres experts. Le doyen du Département de foresterie de l'Université de la Colombie-Britannique, John Innes, affirmait il y a quelques jours que le réchauffement climatique contribuait à exacerber l'intensité des feux de forêt, comme ceux qui font rage actuellement dans l'Ouest canadien, et à prolonger leur durée.

Plus d'articles

Commentaires