Retour

Le réseau solaire de la Californie a brillé de tous ses feux pendant l'éclipse

Tandis que des millions d'Américains avaient les yeux tournés vers le ciel pour observer la première éclipse solaire à traverser les États-Unis en près d'un siècle, à Folsom, en Californie, des dizaines d'ingénieurs avaient plutôt les yeux rivés sur leurs écrans géants pour suivre l'évolution du phénomène.

Un texte d'Yvan Côté

La disparition rapide des rayons du soleil dans le ciel de cet État était lourde de conséquences pour le réseau électrique. La Californie compte plus de panneaux solaires que n’importe quelle autre région aux États-Unis.

Chaque nuage ou chaque passage du jour à la nuit nécessite des ajustements pour éviter les pannes, alors imaginez une éclipse!

« Le pire scénario aurait été des milliers d’interruptions de courant, a précisé Anna Alfano McKenna, une conseillère à California ISO (CAISO). Vous devez comprendre qu'il y a 10 ou 20 ans il n’y avait pas autant d’énergie solaire distribuée dans notre réseau. Une éclipse est un événement extraordinaire. On se prépare à cette journée depuis un an et demi. »

Les ingénieurs de CAISO ont même étudié l’impact de la dernière éclipse solaire sur le réseau électrique allemand en 2015.

Plus de 10 % de l’énergie produite en Californie provient dorénavant de panneaux solaires. Jamais ce réseau n’avait expérimenté une chute aussi importante de sa production depuis sa mise en service, de surcroît lors de l'heure de pointe matinale.

L'éclipse a privé d'électricité l’équivalent de 6 millions de résidences. Le défi était donc de trouver une autre source d'énergie comme le gaz naturel ou les éoliennes, sans déstabiliser ou encombrer le réseau qui devait composer avec une surcharge d'électricité.

« D'autres sources d'énergie, comme le gaz naturel, prennent plus de temps à produire de l’énergie brute que le solaire, a expliqué Anna Alfano McKenna. Notre défi était donc de maintenir le système en équilibre. Pas assez d’électricité entraîne des pannes. Trop d’électricité a le même effet. »

Aucun problème

« Tout a très, très bien été », a lancé Eric Schmitt, vice-président des opérations pour CAISO, quelques minutes après le passage de l’éclipse. Même scénario en Caroline du Nord, deuxième producteur d’énergie solaire aux États-Unis, qui a traversé la période d'obscurité sans anicroche.

Il s'agit d'une victoire pour une industrie qui se bat désormais contre l’administration Trump, qui privilégie les énergies fossiles et tente de ramener à l’avant-scène le charbon et le nucléaire. L'administration estime que ces ressources sont plus stables.

Le prochain défi pour California ISO est de préparer le réseau à faire face à la prochaine éclipse totale en Amérique du Nord, prévue en 2024. Celle-ci pourrait donner encore plus de fil à retordre, pense Eric Schmitt, puisque le réseau solaire sera plus important dans sept ans que celui d'aujourd’hui.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine