Retour

Le rêve inachevé d'un stade de baseball au centre-ville de Montréal

La scène se déroule à la fin des années 90. La direction des Expos convoque la presse. Le projet d'un stade de baseball au centre-ville, tout juste au sud de ce qu'on appelait à l'époque le Centre Molson, semble sur le point de se réaliser. « On est allé très, très loin, lance l'architecte Claude Provencher. On était tout prêt de le réaliser, on est venu à deux mois du début du chantier. »

Un texte de Vincent Maisonneuve

Ce stade, on lui avait même trouvé un nom, le Parc Labatt. « On était prêt aux soumissions pour l'acier », explique le cofondateur de la firme Provencher Roy.

La suite, on la connaît. Le projet tombe à l'eau. Les Expos déménagent à Washington.

Quinze ans plus tard, Claude Provencher et Eugenio Carelli, les deux architectes derrière ce stade, en rêvent encore. Ils ont conservé les plans, comme si on allait un jour relancer le projet. Lors de notre rencontre, la maquette du stade trône au centre de la salle de conférence. Sur les murs, des affiches en détaillent les principales caractéristiques.

« Ce que l'on voulait, c'était de rapprocher le spectateur de l'aire de jeu. On projetait l'ensemble du public, car les balcons étaient moins loin. On les rapprochait. On créait une forme plus intimiste », explique M. Provencher.

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Leur stade comptait environ 35 000 places. Les architectes avaient prévu un plancher chauffant pour les estrades afin d'assurer plus de confort et sans doute pour clouer le bec à ceux qui disent qu'il faut un toit pour jouer au baseball à Montréal. L'architecture du Parc Labatt aurait un peu rappelé celle du Casino de Montréal. Pas question de tomber dans le style rétro comme plusieurs stades de baseball américain.

« C'est passéiste et Montréal, ce n'est pas ça, dit Claude Provencher. Montréal, c'est une ville contemporaine et on voulait un stade contemporain ». « Il y a une grande tradition d'architecture contemporaine à Montréal. Que l'on pense à l'Expo 67 », ajoute Eugenio Carelli, associé chez Provencher Roy.

Au départ, le stade devait être construit à quelques pas du Centre Molson, à l'intérieur du quadrilatère formé des rues de la Montagne, Saint-Jacques, Peel et Notre-Dame. Un endroit proche de l'autoroute, d'une gare de trains, d'autobus et du métro. Du marbre, on aurait eu une vue imprenable sur le centre-ville.

Aujourd'hui, le terrain est occupé par des condos et par l'École de technologie. Les gens qui travaillent pour le retour du baseball doivent donc trouver un autre site. L'étude de faisabilité préparée en 2013 par EY estimait qu'un nouveau stade devrait idéalement être construit à proximité du centre-ville.

« Moi, j'aime bien le bord de l'eau! »

« Moi, j'aime bien le bord de l'eau », disait le maire Denis Coderre en janvier dernier, lors de la présentation de sa stratégie baseball. Bord de l'eau et proximité du centre-ville pourraient signifier le bord du canal de Lachine, plus particulièrement autour du bassin Peel. L'ancien chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, qui est aujourd'hui membre du comité exécutif de la ville, a déjà proposé de construire un stade à cet endroit. La Ville cherche d'ailleurs à revitaliser ce secteur en transformant une partie de l'autoroute Bonaventure en boulevard et en parc.

Pour évaluer toutes les options, le groupe qui fait la promotion du retour des Expos utilise les plans développés il y a plus de 15 ans par Claude Provencher et Eugenio Carelli. « Ça nous donne un gabarit pour tester la viabilité de certains sites que le groupe et la Ville regardent », dit M. Carelli.

Les deux architectes sont convaincus que leur concept pourrait encore plaire aux partisans. « Ça sera aux futurs promoteurs de décider s'ils veulent profiter de cette expertise-là. C'est quand même un an et demi de travail », souligne Claude Provencher.

Le public pourra voir les plans et la maquette du Parc Labatt à la Maison de l'architecture du Québec jusqu'au 14 février 2016 dans le cadre de Montréal jamais construit. Cette exposition présente les projets élaborés pour la métropole par différents architectes depuis 25 ans, mais qui n'ont jamais été réalisés.

Plus d'articles

Commentaires