Retour

Le risque d'un Big One augmente temporairement tous les 14 mois en C.-B.

Le Big One, l'important tremblement de terre attendu en Colombie-Britannique au cours des 50 prochaines années, est plus susceptible de se produire pendant une période déterminée tous les 14 mois, selon les données observées par la commission géologique du Canada à Victoria.

Un texte de Christophe Le Gentil

À peu près tous les 14 mois, pendant une période de deux semaines, les chances d'occurrence d'un important tremblement de terre augmentent sensiblement dans la région nord-ouest du Pacifique.

Selon la sismologue Alison Bird, un mécanisme inhabituel est observé sur les sismogrammes à des intervalles réguliers espacés de 14 mois, représentant une concentration importante de secousses dans la région. Ce phénomène est appelé glissade lente.

« Tous les 14 mois, il se produit une inversion soudaine de mouvement sur l'île de Vancouver pendant environ deux semaines. Ça s'agite dans une direction et puis soudainement, ça se calme : ça pourrait être un signe de rupture et le déclenchement du tremblement de terre très puissant », affirme Mme Bird.

La zone de subduction Cascadia est une faille de 1000 km qui s'étend du nord de l'île de Vancouver jusqu'au nord de la Californie. Cette faille représente la limite entre deux plaques tectoniques, dont celle de Juan de Fuca se déplaçant vers la plaque nord-américaine sur laquelle nous vivons.

Une partie de cette limite est bloquée, ce qui empêche les plaques de glisser doucement. Le mouvement frontal s'accumule à l'intérieur des roches en attendant que l'énergie soit libérée lors d'un tremblement de terre de grande ampleur, surnommé le Big One.

Selon Mme Bird, durant ces phases de glissade lente, les forces sur les plaques augmentent sensiblement. « Lors du phénomène d'inversion, pendant deux semaines, des contraintes supplémentaires se produisent sur la partie bloquée, et cet ajout peut entraîner une rupture brutale. »

La dernière observation de ce mécanisme particulier sur les sismogrammes s'est faite de décembre 2015 à janvier 2016 en Colombie-Britannique. La prochaine survenue du phénomène est donc prévue en février 2017.

Plus d'articles