Le Québec, qui avait voté en majorité pour le Nouveau Parti démocratique aux dernières élections fédérales, embarque cette fois dans la vague libérale qui a déferlé dans l'est et le centre du pays. La province se range ainsi du côté du pouvoir pour une première fois en plus de 20 ans.

Un texte de Marie-Ève Maheu

L'île de Montréal, Laval et la Montérégie ont presque entièrement viré au rouge. Le Parti libéral a aussi récupéré la Gaspésie, l'Outaouais et une partie de l'Estrie.

Au total, les libéraux ont fait élire 40 députés, contre 7 en 2011. 

Le NPD s'efface

Le Nouveau Parti démocratique, qui comptait 54 députés à la dissolution de la Chambre, n'en a plus que 16. 

Les députées sortantes Françoise Boivin, dans Gatineau, et Nycole Turmel, dans Hull-Aylmer, ont notamment été défaites, après quatre ans de service public.

Certains néo-démocrates l'ont tout de même emporté avec une nette avance sur leurs adversaires, dont Alexandre Boulerice, dans Rosemont-La-Petite-Patrie, et Ruth Ellen Brosseau, qui avait été qualifiée de candidate « poteau » en 2011, dans Berthier-Maskinongé. Romeo Saganash a sauvé son siège dans Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Le Bloc remonte, Duceppe coule

Le Bloc québécois, lui, reprend un peu de galon, mais le chef Gilles Duceppe, qui était revenu en politique pour donner un nouveau souffle au parti, n'a pas réussi à se faire élire dans sa circonscription de Laurier-Sainte-Marie. C'est plutôt la néo-démocrate Hélène Laverdière qui a été réélue.

Tout de même, le Bloc compte maintenant 10 députés, alors qu'il n'en comptait que deux à la dissolution du Parlement. Le doyen de la Chambre, Louis Plamondon, s'est notamment fait réélire dans Bécancour-Nicolet-Saurel.

Mario Beaulieu, qui a été brièvement chef du Bloc avant de laisser sa place à Gilles Duceppe, a été élu dans La Pointe-de-l'Île.

Plus de députés conservateurs au Québec

Les conservateurs, qui se sont effondrés en Atlantique et en Ontario, ont fait bien mieux qu'aux dernières élections au Québec, en faisant élire 12 députés plutôt que 5. Parmi eux, l'ancien caquiste Gérard Deltell, qui a gagné son pari de faire le saut en politique fédérale, en remportant la circonscription de Louis-Saint-Laurent aux dépens du NPD.

L'ancien maire de Victoriaville Alain Rayes, un grand espoir des conservateurs, a réussi à prendre Richmond-Arthabaska au Bloc québécois.

Steven Blaney, Maxime Bernier, Denis Lebel et Jacques Gourde ont tous pu conserver leur siège.

Autres faits saillants :

  • La libérale Mélanie Joly, qui s'est fait connaître en politique municipale, a détrôné la néo-démocrate et ex-bloquiste Maria Mourani;
  • Les conservateurs, qui espéraient gagner Mont-Royal, n'ont toujours aucun député élu dans la région de Montréal;
  • Dans Montarville, la jeune bloquiste Catherine Fournier, mise de l'avant par son parti, a été battue par le libéral Michel Picard. La députée sortante du NPD, Djaouida Sellah, a terminé troisième; 

Plus d'articles

Commentaires