Retour

Le salaire minimum passera à 12 $ le 1er mai prochain au Québec

Le salaire minimum augmentera de 75 ¢ pour s'établir à 12 $ de l'heure le 1er mai prochain, a annoncé Québec. C'est plus que les hausses annuelles auxquelles les Québécois sont habitués.

En mai 2016 et en mai 2017, Québec s’était limité à des hausses de 20 ¢ et de 50 ¢, respectivement.

Le salaire minimum des salariés rémunérés au pourboire passera quant à lui à 9,80 $ de l'heure, une hausse de 35 ¢.

L’objectif du gouvernement, à terme, est que le salaire minimum corresponde, en 2020, à la moitié du salaire horaire moyen que toucheront alors les Québécois.

Selon les plus récentes prévisions, le salaire horaire moyen devait se situer à 24,25 $ en 2018-2019.

La hausse annoncée par la ministre responsable du Travail, Dominique Vien, profitera, selon les chiffres de Québec, à 352 900 salariés, soit 214 300 femmes et 138 600 hommes.

À 12 $ de l'heure, le salaire minimum au Québec sera, au 1er mai, le troisième en importance parmi les provinces canadiennes, derrière l'Alberta (13,60 $) et l'Ontario (14 $).

Les PME inquiètes, la CSN en demande plus

Cette hausse inquiète la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), qui craint qu’elle nuise aux PME. « Cette augmentation inattendue de 6,7 % représente une fois et demie ce qui avait été prévu pour 2018 », a réagi la porte-parole de la FCEI, Martine Hébert.

Mme Hébert avance que plusieurs PME subiront une pression accrue sur leur masse salariale, ce qui les mènera à « compenser ailleurs », notamment en retardant leurs plans d’embauche ou en augmentant leurs prix.

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) rappelle toutefois que le gouvernement est cohérent et qu'il respecte sa décision de l’an dernier, à savoir une augmentation annuelle plus importante dans le but d’atteindre 50 % du salaire moyen en 2020- 2021.

« L’augmentation du salaire minimum représente une majoration bien supérieure à l’inflation et à la hausse du coût de la vie », souligne toutefois le PDG du CPQ, Yves-Thomas Dorval.

Les entreprises dont les marges de profits sont très minces auront donc plus de difficulté à l’absorber, explique-t-il.

Le ministre des Finances Carlos Leitao, en route vers le Conseil des ministres à Québec, a tenu à rassurer les PME en répétant que son prochain budget contiendra des mesures qui permettront aux PME de compenser en partie cette augmentation.

Du côté de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), on estime que la hausse sera insuffisante pour sortir de la pauvreté les près de 10 % des travailleurs du Québec qu'elle touche.

L’organisation syndicale maintient donc sa demande d’atteindre 15 $ de l’heure dans les plus brefs délais.

« Il n’est pas normal que des personnes qui travaillent à temps plein recourent à des banques alimentaires », a déclaré le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Plus d'articles