Retour

Le Service correctionnel du Canada va embaucher des experts en santé mentale

Une équipe d'experts en matière de santé mentale sera bientôt formée afin d'aider les détenus qui souffrent de problèmes en ce domaine.

Le Service correctionnel du Canada a publié durant la semaine un document qui explique ce programme. Jusqu'à cinq psychologues ou psychiatres feront des recommandations au Service correctionnel pour le traitement des détenus qui souffrent de problèmes complexes de santé mentale.

Les experts qui seront sélectionnés devront compter de l'expérience professionnelle dans les matières suivantes:

  • Troubles de la personnalité
  • Automutilation non suicidaire
  • Troubles concomitants
  • Conditions liées au comportement neurologique
  • Traitement de santé mentale fondé sur la culture pour les peuples autochtones
  • Traitement de santé mentale tenant compte des traumatismes

Les recommandations des experts ne seront toutefois pas contraignantes pour le Service correctionnel.

Pour éviter des tragédies en milieu carcéral

La création de l'équipe d'experts survient après plusieurs cas de détenus ayant eu un comportement autodestructeur. Par exemple, le nombre d'incidents de comportement autodestructeur dans l'Établissement Nova pour femmes, à Truro, en Nouvelle-Écosse était de 0 en 2011, mais il y a eu 56 cas l'année suivante, puis 109 cas en 2013.

En juillet, la détenue Camille Strickland-Murphy, 22 ans, de Terre-Neuve, s'est enlevé la vie dans l'Établissement Nova pour femmes.

En 2007, Ashley Smith, 19 ans, de Moncton au Nouveau-Brunswick, est morte dans sa cellule de l'Établissement Grand Valley, à Kitchener, en Ontario, après avoir noué une pièce de tissu autour de son cou.

À la suite de son enquête sur la mort d'Ashley Smith, le bureau du coroner de l'Ontario a produit une centaine de recommandations à l'intention du Service correctionnel pour l'amélioration du traitement des détenus souffrant de problèmes de santé mentale. La création de l'équipe d'experts devrait répondre à certaines de ces recommandations.

L'équipe d'experts sera à la disposition du Service correctionnel jusqu'en mars 2017. Leur contrat pourrait être prolongé jusqu'en 2019.

D'après un reportage de Brett Ruskin

Plus d'articles

Commentaires