Retour

Le siège social d'Hydro-Québec portera le nom de Jean-Lesage

Le gouvernement du Québec a décidé d'honorer la mémoire de l'ex-premier ministre Jean Lesage en donnant son nom à l'immeuble abritant le siège social d'Hydro-Québec sur le boulevard René-Lévesque à Montréal.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, ont procédé lundi matin à la désignation du siège social d’Hydro-Québec comme « édifice Jean-Lesage ».

« Cette annonce nous permet d’honorer la mémoire de l’un des pères fondateurs du Québec moderne et de la Révolution tranquille », a déclaré M. Couillard en conférence de presse. « C’est un symbole en soi lorsqu’on parle de Jean Lesage. »

Cet ancien premier ministre du Québec (1960-1966) a marqué l’histoire de la province en lançant un vaste mouvement de réformes dans tous les domaines qui a donné naissance à ce qui est maintenant connu comme la Révolution tranquille.

Le gouvernement de M. Lesage a ainsi présidé à plusieurs grands changements dans la société québécoise, notamment la nationalisation des entreprises privées d’électricité sur le territoire du Québec, dossier piloté à l'époque par René Lévesque, alors ministre des Ressources naturelles.

« À l’époque, c’était un programme politique qui était vu pour être radical. C’était radical de parler de nationalisation de l’électricité dans les années 1960 au Québec », a déclaré M. Couillard. Il a également rappelé que l’héritage de M. Lesage permet aujourd’hui à la société québécoise de profiter d’une importante source d’énergie renouvelable tout en engrangeant les bénéfices de la vente de l’hydroélectricité.

M. Couillard a rappelé la décision judicieuse du premier ministre Lesage qui a choisi d’engager le Québec sur la voie de l’hydroélectricité du Nord québécois plutôt que vers celle de l’énergie nucléaire le long du fleuve Saint-Laurent pour alimenter la province en énergie.

« Le choix de l’hydroélectricité a été le meilleur choix dont on bénéficie encore aujourd’hui », a-t-il poursuivi.

« Grâce aux changements visionnaires qu’ont opérés Jean Lesage et ses collègues de l’équipe du tonnerre, le Québec peut compter aujourd’hui non seulement sur une source d’énergie renouvelable, mais sur une expertise reconnue à l’échelle internationale et sur un levier puissant de transformation économique du Québec », a renchéri le ministre Arcand.

« Pour les 100 prochaines années, si j’avais à choisir entre un État qui possède 3 % des réserves d’eau douce de la planète et un autre qui possède des ressources de combustibles fossiles, sans hésitation je choisirais l’eau parce que c’est vraiment la ressource de l’avenir », a ajouté M. Couillard.

« Nos objectifs pour le troisième millénaire demeurent tout aussi ambitieux. Il faut transformer le Québec, continuer de le moderniser en misant sur nos atouts comme Hydro-Québec », a ajouté M. Couillard en citant le développement du projet de batterie permettant d’emmagasiner l’énergie éolienne et solaire.

M. Arcand a terminé son allocution en déclarant que le gouvernement Couillard entendait « accélérer le développement d’une nouvelle économie basée sur une transition énergétique que nous avons annoncée et amorcée grâce au dévoilement de notre ambitieuse politique énergétique ».

L'ombre de Lévesque

Le premier ministre Couillard a dû défendre le choix de Jean Lesage au détriment de celui de René Lévesque pour désigner l’édifice du siège social d’Hydro-Québec. Ce dernier était ministre des Ressources naturelles et il a piloté le dossier de la nationalisation de l’électricité. Un buste de René Lévesque se dresse d’ailleurs à l’entrée du bâtiment.

« L’un n’exclut pas l’autre, a-t-il plaidé. Je suis certain que les deux seraient heureux de voir leurs deux noms honorés. » Rappelant que M. Lesage a placé le Québec sur le chemin de la Révolution tranquille, M. Couillard a estimé « qu’il était tout à fait justifié que le chef du gouvernement de l’époque soit honoré ».

« M. Lévesque a également une présence dans l’édifice et également dans la mémoire des Québécois. Ce n’est pas un concours de mémoire, mais l’affirmation d’une immense contribution au Québec qui déborde même celle de l’électricité », a précisé M. Couillard.

L'aéroport de Québec et l'autoroute 20 portent également le nom de Jean-Lesage.

Plus d'articles

Commentaires