Retour

Le SPVM a terminé ses enquêtes sur Gilbert Rozon et Éric Salvail

Radio-Canada a appris que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a maintenant terminé ses enquêtes sur l'ex-animateur et producteur Éric Salvail et l'ex-magnat de l'humour Gilbert Rozon. Plusieurs de nos sources se questionnent sur la probabilité que des accusations soient formellement déposées dans le dossier de Gilbert Rozon.

Un texte de Pascal Robidas

Gilbert Rozon, ex-propriétaire du Groupe Juste pour rire, et Éric Salvail sont absents de l'espace public depuis plus de six mois, fauchés par le mouvement social #MoiAussi.

Les enquêtes de la police à leur sujet sont désormais entre les mains du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Selon nos informations, une trentaine de plaintes contre Gilbert Rozon et une douzaine contre Éric Salvail ont été déposées au SPVM.

« Le but principal est de mener ces dossiers-là devant le DPCP avec tous les éléments nécessaires », explique Guy Ryan, inspecteur à la retraite du Module des crimes majeurs du SPVM.

Le DPCP devra alors déterminer si les preuves sont suffisantes pour obtenir un verdict de culpabilité.

Le dossier Rozon

Plusieurs de nos sources se questionnent sur la probabilité que des accusations soient formellement déposées dans le dossier de Gilbert Rozon.

Parmi les plaintes contre l'ex-magnat de l'humour, certaines n'ont pu être examinées par le SPVM parce que les événements incriminants se seraient déroulés à Paris. La police de Montréal n'a pas de compétence en France.

Autre difficulté, dans plusieurs cas, les événements se seraient produits il y a de nombreuses années.

Une poursuite au civil a aussi été intentée cet automne par les Courageuses, une vingtaine de présumées victimes de Gilbert Rozon. Dans le cadre de cette action collective, les victimes alléguées auraient pu communiquer entre elles avant un éventuel procès criminel.

« Ça peut être une contamination de la preuve », croit Guy Ryan.

C'est sans compter que plusieurs personnalités publiques ont parlé dans les médias de leur agression sexuelle avant de porter plainte à la police.

De plus, la poursuite et la défense ne jouent pas le même rôle dans un procès, fait remarquer Me Walid Hijazi.

« Un procureur aux poursuites criminelles et pénales n'est pas strictement l'avocat de la victime, comme un avocat de la défense représente strictement les intérêts de son client. Le rôle d'un procureur est beaucoup plus large, plus vaste. C'est essentiellement d'assister le tribunal pour que la justice la plus complète soit rendue », ajoute Me Walid Hijazi.

En octobre dernier, le quotidien Le Devoir et la chaîne de radio 98,5 publiaient les témoignages de neuf femmes qui racontaient avoir été harcelées ou agressées par Gilbert Rozon. Certaines présumées victimes ont par la suite porté plainte au SPVM.

Le dossier Salvail

En ce qui concerne Éric Salvail, nos sources indiquent que certains dossiers pourraient présenter un intérêt pour le DPCP, à qui la décision finale revient.

Le quotidien La Presse a rapporté en octobre 2017 les témoignages de 11 personnes qui allèguent avoir été victimes ou témoins d'inconduite de nature sexuelle de la part de l'animateur et producteur.

Le SPVM et le DPCP ont refusé nos demandes d'entrevue sur ce sujet.

Plus de cas qu'avant

Par ailleurs, le nombre de plaintes pour agression sexuelle a bondi à Montréal dans la foulée du mouvement #MoiAussi l'automne dernier.

Dans son rapport annuel, rendu public mardi, le SPVM indique que 1828 plaintes ont été reçues l'an dernier, contre 1487 l'année précédente, une augmentation de 23 %.

Les détails du rapport seront présentés à la commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal le 22 mai prochain.

Plus d'articles