Retour

Le surfeur Mick Fanning attaqué par un requin en pleine compétition

Mick Fanning a affronté des vagues terrifiantes dans sa carrière, mais dimanche il a fait face au pire cauchemar du surfeur : un requin.

L'Australien de 34 ans a été bousculé par au moins un requin, en pleine finale d'une étape du Championnat du monde de la World Surf League disputée près de Port Elizabeth, en Afrique du Sud. Il s'en est sorti indemne.

La vidéo de l'incident : 

Fanning, triple champion du monde, attendait patiemment de prendre une première vague dans cette finale qui venait tout juste de s'ébranler quand a surgi un aileron gris à ses côtés, point de départ de longues secondes de panique. Il s'est débattu sous les yeux des commentateurs de l'épreuve, figés par cet incident qui pourrait être une première dans l'histoire du surf professionnel.

« J'ai senti quelque chose de gros se prendre dans mon cordon. Instinctivement, j'ai sauté. Il revenait sans cesse. Je donnais des coups de pied et criais. J'ai seulement vu son aileron. J'attendais les dents », a décrit Fanning, quelques instants après avoir été repêché par une des embarcations de sécurité.

La finale a d'abord été interrompue, puis annulée après consultation avec les deux finalistes.

Le commissaire adjoint de la WSL Renato Hickel a rapporté la présence de deux requins. « C'est la première fois dans l'histoire du surf professionnel. Je n'ai jamais vu ça, personne n'a jamais vu ça, un surfeur se faire assaillir par deux requins dès le début de la finale », a commenté Renato Hickel.

« Je serais content, même si je ne devais plus participer à une compétition de ma vie. De m'en être sorti intact, je suis simplement sous le choc », a commenté Fanning, la gorge nouée, une fois de retour sur la plage. Il venait tout juste de voir la vidéo de l'incident.

Julian Wilson, l'autre finaliste, a eu le réflexe de nager vers Fanning au moment de l'attaque. Il a cru un instant avoir perdu son rival et ami. « Je croyais n'avoir pas pu me rendre à temps », a-t-il témoigné, en larmes.

Plus d'articles

Commentaires