Retour

Le système fédéral de paie sera étendu, malgré ses défaillances

La paie de plus de 300 000 fonctionnaires canadiens sera entièrement traitée par le système automatisé Phénix d'ici quelques jours, même si leur syndicat accumule les plaintes de ses membres.

Jason Guay, un employé de la Défense nationale, n'a pas reçu un sou de son employeur depuis son retour de congé de paternité, il y a sept semaines. « J'espère être payé bientôt, au moins me dire une date, que je puisse me faire un budget », dit le technicien.

À la base militaire de Longue-Pointe, dans l'est de Montréal, son cas est loin d'être unique.

« On est environ 250 employés, pis sur 250, il y en a 150 qui ont un problème. Alors, on commence à penser que c'est exagéré », expose le vice-président régional de l'Union des employés de la Défense nationale, Philippe Turcq.

Pour sa part, un superviseur à la Défense nationale, Jacques Therrien, reçoit 85 $ de trop par paie. « Lorsque je demande si je dois m'en faire, on me dit : "tu ne devrais pas", mais je risque de payer peut-être 2500 piastres de plus à la fin de l'année », remarque-t-il.

Plaintes dans tout le pays depuis février

En fait, depuis la mise en fonction du nouveau système de paie Phénix, en février dernier, les problèmes se multiplieraient d'un bout à l'autre du pays. « On a des centaines, sinon des milliers de plaintes », avance la vice-présidente régionale de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Magali Picard.

« Des gens qui n'ont pas reçu de chèque de paie depuis des mois. Des gens qui travaillent sur des bateaux de la garde côtière, qui sont partis pendant trois mois. Pendant ce temps, la paie devrait être déposée, les comptes se paient automatiquement. Ils reviennent au bout de trois mois et n'ont plus d'Hydro, parce qu'il y pas de paie qui a été déposée. »

L'AFPC croit que le système Phénix, qui administre déjà les paies de 120 000 fonctionnaires, et auquel on ajoute 167 000 nouveaux dossiers cette semaine, risque de surchauffer, et d'épuiser les 550 employés du Centre des services de paie de Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

« Le système en place ne semble pas capable de répondre à la commande et au lieu de dire : "on prend un recul, on ne continue pas la centralisation", non. Le gouvernement décide d'aller de l'avant avec la phase 2 de l'implantation », dénonce la porte-parole syndicale.

Services publics et Approvisionnement Canada reconnait que le rodage du système Phénix n'est pas terminé. Cependant, le ministère estime que l'ajout d'une centaine d'employés à Miramichi et d'un service téléphonique d'urgence devrait permettre d'assurer une transition en douceur entre l'ancien et le nouveau système de paie.

D'après un reportage de Normand Grondin

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine