Retour

Le tueur de la mosquée de Québec craignait de possibles attentats au Canada

L'auteur de la tuerie à la mosquée de Québec affirme que l'intention du gouvernement canadien d'accueillir davantage de réfugiés l'a poussé à l'acte. Obsédé depuis des mois par la crainte que des immigrants commettent des attentats en sol québécois, Alexandre Bissonnette pensait pouvoir « sauver des centaines de vies » en s'en prenant à des musulmans le soir du 29 janvier 2017.

Un texte de Yannick Bergeron et de Louis Gagné

« Je me suis dit que, peut-être, grâce à ce que j'ai fait, il va y avoir une centaine de personnes qui vont être sauvées. Peut-être 200, peut-être 300 personnes aussi là. On sait jamais », a-t-il raconté à l’enquêteur Steve Girard, de la Sûreté du Québec, au lendemain de l’attaque.

L’interrogatoire, qui a duré un peu plus de trois heures, a été présenté comme preuve jeudi et vendredi lors des recommandations sur la peine d’Alexandre Bissonnette.

Lorsque le policier lui demande si la journée du 29 janvier « représente quelque chose de spécial » pour lui, l’auteur de la tuerie répond que la réaction du gouvernement Trudeau au décret anti-immigration du président américain, Donald Trump, lui a fait perdre la tête.

« J’ai écouté la télé, puis on a su que le gouvernement canadien allait prendre plus de réfugiés, ceux qui ne pourraient pas aller aux États-Unis seraient rendus ici. J’ai vu ça et j’ai comme perdu la carte », raconte Bissonnette.

Aux prises avec des idées suicidaires depuis longtemps, il planifiait de se rendre à la mosquée de Québec pour tuer des fidèles avant de s'enlever la vie.

« Ça fait des mois que ça me torture »

Alexandre Bissonnette explique craindre que le Canada soit visé par des attentats semblables à ceux survenus en Europe. Il cite notamment l’attaque au camion-bélier qui a fait 84 morts à Nice, dans le sud de la France, le 14 juillet 2016.

« C’est pour que ça ne vienne pas comme en Europe, ce qui se passe en France, en Belgique aussi, puis aux Pays-Bas, en Norvège, en Italie, partout. Ça s’en vient, tsé, ça va venir ici », raconte le tueur, qui répète à de nombreuses reprises craindre pour la sécurité de sa famille.

Bissonnette prenait des médicaments pour traiter son anxiété et ses problèmes de dépression. Il était passé du Luvox au Paxil dans les semaines précédant ses crimes.

« Je pensais que les pilules régleraient le problème, mais ça ne l’a pas réglé, ça l’a rendu pire. »

Au milieu de l'interrogatoire, avant de révéler ses motivations, Bissonnette, au terme d'un long silence, déclare à l'enquêteur : « Je ne suis pas un monstre. »

Des veuves ont soupiré dans la salle d'audience en entendant cette phrase, vendredi, au palais de justice de Québec, lors de la présentation de l'interrogatoire.

Relations familiales

Durant l'entretien, l'enquêteur Girard aborde plusieurs sujets avec le suspect, dont sa relation avec ses parents.

Il n'y avait pas de conflit avec eux, assure le tueur.

Quand l'enquêteur lui demande quelle est la plus belle qualité qu'ils lui ont inculquée, Bissonnette prend une longue pose, s'essuie les yeux et prévient que sa réponse va paraître bizarre.

« Moi, j'ai toujours pensé que c'était... toujours pensé que c'était de l'amour. »

Reprise des observations lundi

La Couronne a terminé la présentation de la vidéo de l’interrogatoire, vendredi matin. Les audiences pour les observations sur la peine reprendront lundi avec la suite de la preuve de la Couronne.

Alexandre Bissonnette sera condamné à la prison à vie. Les recommandations sur la peine visent à déterminer le temps qu'il devra passer en prison avant de pouvoir faire une demande de libération conditionnelle.

Cette période d'un minimum de 25 ans pourrait théoriquement atteindre 150 ans, soit 25 ans par meurtre.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine