Retour

Le Yémen menacé de la pire famine des dernières décennies

L'ONU réclame à la coalition arabe, dirigée par l'Arabie saoudite, la fin du blocus imposé au Yémen, menacé de la pire famine des dernières décennies.

Inquiets de « la situation humanitaire catastrophique au Yémen », les 15 membres du Conseil de sécurité ont insisté sur « l'importance de garder tous les ports et aéroports [du pays] en état de fonctionnement », a indiqué l'ambassadeur italien Sebastiano Cardi, président en exercice de la plus haute instance de l'ONU.

Ce blocus est le résultat d'un conflit entre l'Arabie saoudite, soutenue par les États-Unis, et l'Iran. Il a été déclenché après un tir de missile la fin de semaine dernière par des rebelles houthis yéménites pro-iraniens. Le missile a été intercepté près de la capitale saoudienne, Riyad.

Le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, qui revient d'un séjour au Yémen, a réclamé la « reprise immédiate » de l'aide humanitaire à la population yéménite.

M. Lowcock a également demandé au Conseil de sécurité de s'assurer qu'il n'y ait plus, à l'avenir, d'entraves à l'acheminement de l'aide humanitaire venant de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite. Cette coalition soutient les forces gouvernementales réfugiées dans le sud du pays dans leur guerre contre les rebelles houthis qui contrôlent la capitale Sanaa.

Un drame accru

La famine au Yémen n'est pas « la même que celle que nous avons connue au Soudan du Sud ou en Somalie », a souligné M. Lowcock, en ce sens qu'elle est imputable à un blocus. Il a d'ailleurs exigé « un accès immédiat à tous les ports » pour l'approvisionnement en carburant, nourriture et autres produits de première nécessité.

Mardi, l'ONU avait déjà appelé l'Arabie saoudite à mettre un terme à un blocus ayant un impact « négatif considérable sur une situation [...] déjà catastrophique ».

Cet appel vient après celui d’une quinzaine d’organisations humanitaires qui s'étaient insurgées mercredi contre le blocus du Yémen.

Ces organisations ont affirmé que « dans le contexte actuel de crise alimentaire aiguë et d'épidémie de choléra, tout retard dans le rétablissement de l'accès humanitaire pourrait coûter la vie à des femmes, hommes, filles et garçons à travers le Yémen ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine