Retour

Les agriculteurs des Prairies, seuls « véritables gagnants » du réchauffement climatique?

Un économiste spécialisé en approvisionnement alimentaire mondial constate que les agriculteurs des Prairies canadiennes sont les seuls « véritables gagnants » en ce qui a trait au réchauffement climatique.

Lutz Goedde, partenaire de l'entreprise de conseil en gestion globale McKinsey and company, à Denver, au Colorado, explique que la hausse des températures ainsi que l'allongement de la saison où les plantes poussent signifient qu'un nombre toujours croissant de zones agricoles au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta pourront délaisser le blé et le canola au profit du maïs et du soja.

La production de nouvelles cultures ajoutera à la valeur des récoltes et à la rentabilité des exploitations, a-t-il indiqué, vendredi, lors d'une présentation au Global business forum, à Banff, en Alberta. « On peut déjà en apprécier les avantages sous forme d'augmentation du prix de vente moyen des terres agricoles », a-t-il fait valoir.

L'économiste a toutefois affirmé que le changement climatique entraîne des conséquences négatives, car il nuit à la production agroalimentaire, provoque des pénuries d'eau et permet aux maladies de se propager beaucoup plus rapidement.

Selon M. Goedde, au cours des 20 prochaines années, le monde devra produire de 40 % à 50 % d'aliments en plus, comparativement à aujourd'hui, pour répondre à la croissance démographique ainsi qu'au goût grandissant des pays émergents, comme la Chine et l'Inde, pour des régimes alimentaires plus riches en protéines.

Plus d'articles