Les Alouettes de Montréal se sont inclinées 42-24 devant les Eskimos d'Edmonton, lundi au stade Percival-Molson, et sont officiellement écartées des éliminatoires.

L'équipe a de nouveau offert une performance exécrable devant quelques courageux qui ont bravé le temps maussade.

« C'est un sentiment de merde, on va se le dire, a laissé tomber Nicolas Boulay quelques minutes après la rencontre. On a apporté beaucoup de changements encore cette saison. Ça fait plusieurs années qu'on change d'entraîneur. C'est difficile sur le moral. C'est difficile sur les troupes. »

C'est une interception de Chris Edwards, ramenée sur 68 verges à mi-chemin du quatrième quart, qui a enfoncé le dernier clou dans le cercueil des Alouettes (3-12).

Sur le jeu, Drew Willy voulait rejoindre Ernest Jackson. Ce dernier a glissé en tentant de capter la passe et le ballon a bondi dans les mains d'Edwards. Personne ne se trouvait entre la zone des buts et lui.

Sur la séquence suivante, Tyrell Sutton a perdu un rare ballon pour les Alouettes et les Eskimos en ont profité pour ajouter à leur avance. Odell Willis a capté la passe du substitut James Franklin dans la zone des buts pour le majeur.

Les Alouettes (3-12) avaient pourtant pris une avance de 15-0. Mais déjà, à la mi-temps, les Eskimos (8-6) avaient une priorité de 23-21. Les locaux ont donc été dominés 40-9 dans les 50 dernières minutes de jeu, surtout en raison de cinq revirements.

« C'est décevant. (...) Nous n'avons pas suffisamment bien exécuté nos jeux pour espérer nous en sortir avec la victoire », a noté l'entraîneur-chef Kavis Reed, toujours sans victoire en quatre rencontres à la barre de l'équipe.

« Pourtant, nous avons trouvé le moyen de demeurer dans le match, a-t-il ajouté. À 26-24, nous avions le ballon profondément en zone des Eskimos. Mais nous avons de nouveau commis une erreur qui s'est transformée en touché. C'est le genre de jeu qui a miné notre saison. Les autres formations ne nous ont pas battus; nous nous sommes battus nous-mêmes. »

Pour les Eskimos (8-6), cette victoire leur permet de mettre fin à leur série de six revers et de revenir en plein coeur de la course aux séries dans l'Ouest. Ils ont rejoint les Roughriders de la Saskatchewan au troisième rang de la division, avec 16 points.

Seul bémol dans cette victoire pour le club albertain : leur très efficace quart partant Mike Reilly n'a pas terminé la rencontre. Frappé solidement en quelques occasions, il a quitté le match au début du quatrième quart. Il avait réussi 13 de ses 29 passes pour 286 verges et deux touchés et avait été victime d'une interception. En cours de route, Reilly a porté son total de verges par la passe à 4546, un sommet dans le circuit Ambrosie.

« Ça fait du bien de se rappeler ce que ça fait de gagner, a dit le quart des vainqueurs, qui n'a pas voulu s'étendre sur la raison de son retrait, si ce n'est que pour affirmer qu'il sera à son poste la semaine prochaine, face aux Argonauts de Toronto. Ces deux points en fin de saison sont immenses. On doit nous assurer que ça nous donne un deuxième souffle. À part Calgary au premier rang, le reste de l'Ouest est à prendre. »

Comme ç'a souvent été le cas cette saison, sa cible favorite a été Brandon Zylstra, qui a complété la rencontre avec 201 verges de gains aériens, dont 29 sur le troisième touché des Eskimos.

Les deux autres majeurs des visiteurs ont été inscrits par le demi à l'attaque C.J. Gable. Swayze Waters a réussi des placements de 25, 26 et 18 verges.

Du côté des Alouettes, les touchés ont été inscrits par Sutton et Brandon Stewart, qui a recouvré un échappé et ramené le ballon sur 55 verges. Boris Bede a fourni des placements de 20, 31, 37 et 44 verges.

Si les Alouettes ont vendu 18 849 billets pour cette rencontre, plusieurs acheteurs n'ont pas daigné se présenter et les gradins du stade de l'Université McGill étaient bien dégarnis.

« Merci, vous êtes des guerriers. C'est le fun d'avoir des partisans qui bravent les intempéries pour nous », a lancé un Luc Brodeur-Jourdain très ému après la rencontre.

Les Alouettes profiteront de leur deuxième semaine de congé de la saison avant d'accueillir les Tiger-Cats de Hamilton le 22 octobre, dernier match à domicile de la saison. Ils concluront le calendrier 2017 en rendant visite aux Roughriders de la Saskatchewan et aux Tiger-Cats.

Visite à l'Accueil Bonneau

Malgré cet autre revers une saison difficile, l'organisation montréalaise n'a pas pour autant cessé son engagement communautaire. Après avoir visité les hôpitaux pour enfants lundi dernier, la directrice générale adjointe Catherine Raîche et quelques joueurs de l'organisation ont pris le chemin de l'Accueil Bonneau, où ils sont allés servir le repas de l'Action de grâces.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine