Retour

Les Alouettes prennent congé avant le congé

En l'emportant 25-16 sur les Alouettes jeudi, au stade Percival-Molson de Montréal, les Lions de la Colombie-Britannique ont atteint leur objectif : venger leur défaite d'il y a deux semaines à Vancouver.

Un texte de Jean-Patrick Balleux

Du côté des Alouettes, on était à court d'explications. « Nous n'étions tout simplement pas à la hauteur de notre exécution en attaque et c'est vraiment frustrant. Je ne sais pas quel est le problème, mais il y en a assurément un! Ne reste plus qu'à souhaiter que nous puissions trouver une solution parce que c'est inacceptable! », a dit le receveur Nik Lewis.

Les Lions ont été les premiers à ouvrir le pointage grâce au placement de 46 verges de Richie Leone.

À la fin du premier quart, devant 21 886 spectateurs, Lavelle Hawkins a capté une passe de 10 verges de John Beck pour le touché. Beck? Le quart partant des Lions, Travis Lulay avait quitté le match peu après le coup d'envoi en raison de douleurs à un genou. Les médecins de l'équipe ne croyaient pas à son retour sur le terrain.

Les Alouettes ont connu une belle séquence offensive au premier quart, mais Tanner Marsh a perdu le ballon. Une gaffe comme une autre, prélude à un festival d'interceptions. Marsh a été victime de cinq larcins durant la soirée. C'était pourtant son premier départ comme quart partant avec les Alouettes en deux ans. Jim Popp s'ennuyait sans doute de Rakeem Cato, retenu en Floride pour régler certains problèmes personnels.

Cela dit, Boris Bede a permis aux Alouettes de s'inscrire au tableau au deuxième quart. Un botté de précision de 24 verges a payé. L'ancien du Rouge et Or a réédité le geste quelques minutes plus tard, sur 46 verges cette fois. Les Lions ont répliqué aussitôt avec le cinquième touché de la saison d'Austin Collie.

D'autres bourdes après la pause

Les Lions, qui menaient 17-6 après une demie, ont poursuivi le travail au troisième quart... avec l'aide de Tanner Marsh. Sa passe déviée a échoué dans les mains d'Eric Fraser. Il a couru pour le touché.

Les Lions menaient 24-6 lorsque les Alouettes ont inscrit un premier touché, celui de John Hefney sur une interception qu'il a ramenée sur 20 verges. C'était 24-13.

Au dernier quart, Bede a expédié le ballon entre les deux poteaux d'une distance de 52 verges pour son plus long placement de la saison. Le score était alors 24-16. Avec un peu plus de 5 minutes à écouler, les Lions (4-5) ont récolté le dernier point de la rencontre sur une tentative avortée de placement.

« On a accordé des revirements, on n'a pas été capables de produire quoi que ce soit sur les premiers essais. Des jeux explosifs, oui. On a couru le ballon. On a été capables d'aller chercher quelques verges, mais on n'a pas été capables de marquer de points », a expliqué le centre Luc Brodeur-Jourdain, hors de lui.

Le directeur général Jim Popp, redevenu entraîneur, était d'accord au sujet des revirements, mais en a rajouté. « On a eu des problèmes de protection à l'attaque, mais on a connu quelques bons moments à la défense. [...] L'équipe d'entraîneurs doit permettre à nos joueurs de mieux paraître. On a joué un peu mollement ce soir. Dès que nous produisions quelque chose de bon, un revirement survenait aussitôt. »

« Nous ne sommes pas constants. C'est aussi simple que ça, a ajouté Popp. Nous sommes une équipe qui manque de constance depuis un certain temps déjà et nous devons trouver le remède à cela. Nos matchs se ressemblent beaucoup. On garde l'équipe adverse sous la barre des 30 points (pour la 17e fois d'affilée), mais on est aussi incapables de l'atteindre. C'est certain que de donner le ballon à l'autre club sept fois dans le match ne nous aide pas. »

Les Alouettes (4-6) auront une semaine de congé avant d'entamer la préparation de leur prochain match, celui du 20 septembre contre les Blue Bombers de Winnipeg.

Plus d'articles

Commentaires