Retour

Les aspirants chefs péquistes se livrent un affrontement animé

Le ton a monté lors du premier de deux débats nationaux des candidats à la direction du Parti québécois, qui a donné lieu à des échanges vigoureux dimanche après-midi à l'Université de Sherbrooke.

Alexandre Cloutier, Martine Ouellet, Jean-François Lisée et Paul St-Pierre-Plamondon ont croisé le fer sur quatre thèmes : l'économie, les finances publiques, le développement durable ainsi que la question nationale.

Le meneur de la course, Alexandre Cloutier, a été la cible de la plupart des attaques.

Débat houleux entre Cloutier et Lisée

Le débat a été particulièrement marqué par un accrochage entre Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée au sujet de la privatisation d'une partie d'Hydro-Québec. M. Cloutier a mis le feu aux poudres en rappelant que dans un de ses livres, M. Lisée proposait de privatiser 25 % de la société d'État.

Alors que M. Cloutier maintenait l'attaque contre M. Lisée, ce dernier a interrompu son adversaire.

« Heille, tu poses une question, écoute la réponse! », a lâché M. Lisée. « Plus l'accusation est lourde, plus tu dois écouter la réponse. » Selon M. Lisée, Alexandre Cloutier « mangeait du temps » pendant leur échange.

À la fin de ce segment, Lisée a accusé Cloutier, qui a continué à l'attaquer pendant que son adversaire n'avait pas la parole, de faire de la « démagogie. » « Plutôt que de débattre des idées qu'on a maintenant, il essaie de prendre de vieux arguments en les déformant », a-t-il déploré, en rappelant qu'il avait déjà publiquement renié sa proposition concernant Hydro-Québec.

M. Cloutier s'est dit surpris du ton abrupt employé par Jean-François Lisée pendant le débat. « Je pense que nous pouvons soulever des enjeux, des prises de position qui relèvent du passé tout en gardant son calme dans les réponses, a-t-il dit. Je pense que c'est tout à fait légitime dans un débat de ramener des positions qui ont été portées ou défendues. »

M. Cloutier a toutefois tenu à souligner pendant le point de presse qui a suivi le débat qu'il avait beaucoup de respect pour le candidat.

Anticosti : la position de Martine Ouellet critiquée 

Les deux aspirants chefs s'en sont également pris à Martine Ouellet, notamment sur sa position du pétrole sur l'île d'Anticosti.

Ministre des Ressources naturelles sous le gouvernement Marois au moment de la signature du contrat sur Anticosti, Martine Ouellet a nié être responsable de la décision rendue à l'époque. « Ç'a été négocié par Pauline Marois ce contrat », a-t-elle assuré. 

Mme Ouellet a ensuite noté que M. Cloutier avait voté pour une motion sur le programme d'exploration d'hydrocarbures sur l'île, alors qu'elle est contre.

M. Cloutier a répliqué que Mme Ouellet avait choisi de s'absenter au moment de ce vote en février plutôt que d'exprimer son opposition au projet.

« Tous les collègues se sont levés à l'Assemblée nationale l'un après l'autre, toi tu as décidé de partir, tu n'as pas voté contre, tu es juste disparue, a-t-il dit. Si j'avais signé le contrat, j'aurais aussi exigé son respect. »

En point de presse, Mme Ouellet a affirmé qu'elle ignore pourquoi des députés péquistes présents dans la salle l'ont huée lorsqu'elle s'est déchargée sur Mme Marois concernant Anticosti, pendant le débat.

La question référendaire

La question référendaire a permis aux candidats de montrer les différences dans leurs positions bien campées.

Au sujet de la tenue d'un référendum sur l'indépendance du Québec, Mme Ouellet a lancé, d'entrée de jeu, à M. Lisée : « On s'entend qu'on ne s'entend pas. »

Elle a par ailleurs accusé Jean-François Lisée d'agir « en Bonhomme Sept Heures » et de faire peur à la population. « Toi, tu ne vois pas qu'on fonce dans le mur », a rétorqué M. Lisée.

M. Lisée, qui refuse toute consultation sur un référendum avant 2022, a accusé M. Cloutier d'exposer le PQ à des déchirements en remettant à six mois avant les prochaines élections de 2018 le dévoilement de sa stratégie. Jean-François Lisée a répliqué qu'une telle proposition serait un « traumatisme au sein du PQ ».

Pour sa part, Alexandre Cloutier a indiqué qu'il n'avait pas peur de laisser les membres du PQ décider de la tenue ou non d'un référendum. Il a assuré qu'il laisserait à un conseil national du PQ le dernier mot sur le calendrier référendaire.

Plusieurs interventions du candidat Paul St-Pierre-Plamondon ont été applaudies, notamment sur le besoin de revaloriser la culture francophone et de rebâtir l'identité québécoise. « Ça ne se force pas l'identité, ça se construit! », a-t-il dit au grand enthousiasme de plusieurs partisans. 

Paul St-Pierre Plamondon a expliqué qu'il a « mis un effort fou » pour convaincre la population que le PQ est « le seul espoir », ce qui lui a permis de vendre environ 4900 cartes d'adhésion.

Le deuxième débat national aura lieu le 25 septembre à Montréal et le nouveau chef du Parti québécois sera connu le 7 octobre prochain.

Les quatre candidats ont pu se mesurer la semaine dernière dans un débat non officiel qui s'est déroulé à l'Université de Montréal. Alexandre Cloutier, en tête des sondages, avait été la cible de ses adversaires, particulièrement de Martine Ouellet.

Plus d'articles

Commentaires