Retour

Les avocats et les notaires de l'État plaident toujours pour un nouveau mode de négociations

Alors qu'ils entament leur sixième semaine de grève, les avocats et les notaires de l'État québécois (LANEQ) attendent une réponse du gouvernement en ce qui a trait à une nouvelle proposition qu'ils lui ont soumise la semaine dernière.

LANEQ demande toujours au gouvernement de modifier leur régime de négociation et de leur accorder un arbitrage « liant », qui ferait en sorte que le gouvernement ne pourrait adopter une loi spéciale pour les forcer à adopter leur nouveau contrat de travail, comme ce fut le cas en 2011.

En cas d’échec des négociations, ce nouveau mécanisme, si accepté par Québec, forcerait plutôt les parties à se soumettre à la décision d’un arbitre qu’ils auraient toutes les deux choisi.

En conférence de presse ce matin, Jean Denis, le président de LANEQ, a indiqué que lui et ses membres étaient « prêts à mettre de l’eau dans notre vin », mais pas en ce qui concerne l’arbitre « liant »

« On tient à ce nouveau mode de négociation.[…] À défaut d’un intervenant neutre en cas de désaccord, le gouvernement dispose d’un levier d’influence hors du commun », dit-il.

Le président de LANEQ se dit « ouvert d'esprit ». Il a répété à plusieurs reprises que le nouveau mécanisme comptait d’abord sur des négociations « qui tiennent compte de la capacité de payer de l’État ».

Pour éviter des grèves

M. Denis a également tenu à souligner que le nouveau mode de négociation que LANEQ réclame éviterait à l'avenir une nouvelle grève des avocats et des notaires de l’État, grève qui, dit-il, n’est pas souhaitée par ses membres, et qui fait planer le risque que « la population ou les intérêts supérieurs de l’État soient lésés ».

Depuis le début de la grève, on dénombre 20 projets de loi suspendus, 3000 causes reportées devant les tribunaux, et les processus d’octroi des contrats gouvernementaux se retrouvent sans conseillers juridiques.

Jean Denis, président de LANEQ

« Comment peut-on avoir un lien de confiance s'ils nous amènent dans la rue et nous font poireauter dans la rue? », a-t-il poursuivi.

Les membres de LANEQ ont voté pour que la grève générale se maintienne au moins jusqu’au 28 décembre.

La convention collective des 1100 avocats et notaires de l’État québécois est échue depuis le 31 mars 2015. Les négociations sont rompues depuis juillet dernier. Le blocage concerne notamment la question salariale, car les juristes estiment qu’il y a une certaine inadéquation entre leur salaire et leur charge de travail.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité