Retour

Les bleuets du Québec cherchent leur place en épicerie

Après une année difficile l'an dernier, les quelque 200 producteurs de bleuets de culture du Québec connaissent une récolte exceptionnelle. Toutefois, leur produit a beaucoup de difficultés à se faire une place dans les supermarchés de la province. Les grandes chaînes semblent préférer les bleuets d'ailleurs - souvent des surplus de production qu'on écoule à moindre prix.

Un texte de Michel Marsolais

Ça fait deux générations que les Lussier cultivent des bleuets à Saint-Antoine-Abbé. Ils ont 5000 plants qui produisent environ 35 000 livres de fruits.

Cette année, la récolte est abondante, mais le marché n'est pas vraiment au rendez-vous. Les supermarchés montrent une préférence pour les bleuets importés plutôt que pour ceux du Québec, dit Laurier Lussier, président de l'Association des producteurs de bleuets en corymbe de la Vallée-du-Haut-St-Laurent.

« On tombe dans la mi-saison, le gros de la récolte c'est là! », fait remarquer M. Lussier. « Si on ne peut pas vendre nos fruits, je ne les cueillerai pas parce que j'investis de l'argent pour la cueillette. Si je ne peux pas les vendre, je fais des pertes énormes. Je ne pourrais pas me permettre ça plusieurs années de suite ».

Contrairement aux bleuets sauvages de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui sont beaucoup congelés ou transformés, les bleuets en corymbe - ou bleuets géants - doivent être vendus frais. Les producteurs québécois n'ont que peu de temps pour écouler leurs récoltes.

Normalement, une vingtaine de cueilleurs travaillent dans les champs de M. Lussier, mais pour l'instant, on attend les commandes avant de ramasser.

Dumping

On a beau vanter l'achat local, des provinces ou des États américains écoulent régulièrement leur surplus sur le marché québécois. Un dumping qui a pour effet de casser les prix, juste au moment où les producteurs doivent écouler un produit très périssable

« On se retrouve avec des quantités phénoménales de bleuets pendant notre production qui est assez courte : cinq à six semaines, affirme le producteur québécois. Donc, durant ces semaines, ce qui est primordial, c'est que le bleuet du Québec soit mis de l'avant. On ne peut pas attendre une semaine, deux semaines, trois semaines pour attendre que le produit étranger soit disparu des supermarchés ».

Le phénomène n'est pas nouveau. Les producteurs québécois de fraises ou de framboises vivent périodiquement la même situation, alors que des géants étrangers comme Driscoll's envahissent le marché en pleine saison des récoltes.

Trouver une solution n'est pas simple. Une partie de la solution passe évidemment par l'éducation des consommateurs. Mais quand vient le temps de choisir un produit, l'argument du prix pèse souvent lourd dans la décision.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine