Retour

Les Canadiens ne sont pas d'acccord avec la compensation accordée à Omar Khadr

La décision d'Ottawa de verser une compensation de 10,5 millions de dollars à l'ex-enfant-soldat Omar Khadr déplaît à une large majorité de Canadiens, selon un sondage de l'Institut Angus Reid. Ainsi, 71 % des répondants pensent que le gouvernement fédéral n'aurait pas dû régler le cas à l'amiable, mais aurait plutôt dû laisser la cour décider si Omar Khadr a été emprisonné injustement.

En fait, c’est l’argent gouvernemental qu’il a reçu qui ne semble pas faire l’unanimité. En effet, s’ils avaient eu à décider eux-mêmes, 54 % des Canadiens n’auraient proposé que des excuses au jeune homme, alors que seulement 32 % disent qu’ils lui auraient accordé une compensation financière.

Par ailleurs, 74 % des Canadiens croient qu’Omar Khadr aurait dû être traité comme un enfant-soldat au moment de son arrestation, en victime plutôt qu'en agresseur, par exemple en suivant des programmes de réhabilitation au lieu de se retrouver à la prison de Guantanamo.

Malgré cela, lorsqu’on leur demande si, globalement, selon ce qu’ils connaissent de tout ce qui lui est arrivé au cours des 15 dernières années, ils jugent qu’Omar Khadr a été traité justement ou injustement, 42 % des Canadiens affirment qu’ils ne sont pas certains, 34 % pensent qu’il a eu un traitement juste et 24 % pensent le contraire.

En majorité, les Canadiens ont une image plutôt négative d'Omar Khadr. Ainsi, 64 % pensent qu’il est toujours « une potentielle menace radicale ». En mai 2015, lorsqu’il avait obtenu sa liberté conditionnelle, ils étaient 55 % à penser la même chose.

Le sondage a été effectué du 7 au 10 juillet auprès de 1512 Canadiens. Sa marge d'erreur est de 2,5 %, 19 fois sur 20.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine