Retour

Les cerveaux des « super-aînés » vieillissent moins rapidement

Le cerveau de certaines personnes âgées de plus 80 ans, qualifiées de « super-aînés » en raison de leur grande vivacité d'esprit, se détériore moins rapidement que celui des autres personnes âgées, montre une étude américaine.

Un texte d'Alain LabelleEn fait, ces aînés préservent plus longtemps leurs capacités cognitives, si bien que leur mémoire rappelle celle des personnes de 50 à 60 ans.

Les travaux d’Amanda Cook, de l’Université Northwestern, montrent que le cortex cérébral de ces aînés est nettement plus épais que la moyenne.

Cette réalité entraîne une plus grande résistance à la perte de mémoire et à la démence liées à l’âge.

La matière grise recouvrant les deux hémisphères cérébraux est le siège de la pensée, de la mémoire, de la vision et des autres informations sensorielles.

Durant l'étude, ces « super-aînés » ont subi une perte de volume de leur cortex cérébral deux fois moins rapide que les autres participants.

Un exemple

C’est le cas de Donald Tenbrunsel, 89 ans, qui aime autant discuter de la musique actuelle de Chance the Rapper que se souvenir des belles années de Frank Sinatra.

Ce verbomoteur, qui a participé aux travaux, fait toujours du bénévolat et adore la recherche sur Internet.

M. Tenbrunsel fait partie de ces personnes dont le cerveau vieillit moins rapidement que la moyenne.

Il vit avec la famille de sa fille et explique qu’il doit rester à jour pour garder le contact avec ses trois petits enfants. « Ils ne connaissent pas Frank Sinatra ou Franklin Delano Roosevelt, alors je dois m’adapter », explique-t-il. « Est-ce Chance the Rapper ou Taylor Swift qui sera en ville ce week-end? », ajoute-t-il en riant.

« Le vieillissement est souvent accompagné d'un déclin cognitif « typique » ou, dans certains cas, d'un déclin cognitif plus prononcé qualifié de démence », note Amanda Cook, qui termine son doctorat en neuropsychologie sur le sujet.

L’étude

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue JAMA ont soumis 24 « super-aînés » et douze personnes du même âge et à l’éducation similaire à des examens d’imagerie par résonance magnétique pour mesurer l'épaisseur de leur cortex et ainsi déterminer l'évolution de leur santé cérébrale au cours d'une période de dix-huit mois.

Constat : la réduction de l'épaisseur du cortex était de 1,06 % chez les « super-aînés » et de 2,24 % pour les participants du groupe contrôle.

Les chercheurs savaient déjà que les cerveaux des « super-aînés » ont tendance à conserver plus de volume que ceux des autres personnes âgées. Ils espèrent mieux définir les facteurs biologiques en cause pour mieux comprendre le phénomène.

À l’heure actuelle, il n’existe aucune technique prouvée qui permettrait de conserver le volume du cortex.

Cependant, plusieurs recherches tendent à montrer que des facteurs peuvent éloigner les risques de démence, comme le fait de ne pas fumer, d’être actif physiquement, socialement et intellectuellement, et de bien s’alimenter.

La vidéo qui suit explique en anglais les présents travaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine