Retour

Les chefs micmacs réclament le retrait de la statue de Cornwallis à Halifax

L'Assemblée des chefs micmacs de la Nouvelle-Écosse demande à la Municipalité d'Halifax de retirer la statue d'Edward Cornwallis du parc où elle se trouve.

Edward Cornwallis, qui a fondé Halifax en 1749, est un personnage controversé parce qu’il avait offert une prime à quiconque lui ramènerait un scalp de Micmac, homme, femme ou enfant. Il avait aussi pris la décision de déporter les Acadiens. Cette opération a commencé en 1755, tandis que Charles Lawrence était gouverneur.

Les chefs disent qu’ils se sont entendus avec la Municipalité en octobre pour former un comité chargé de décider du sort de la statue, et que le comité n’a pas encore été formé. Frustrés par ce délai, ils ne veulent plus y participer.

Si la Municipalité veut réellement bâtir une relation avec les Micmacs et faire un geste concret de réconciliation, il faut régler ce problème qui revient constamment sur le tapis, explique Bob Gloade, chef de la Première Nation de Millbrook.

« Ils étaient censés former un comité », dit-il. « C’est retardé, puis retardé… C’est frustrant. »

M. Gloade indique que l’Assemblée a soumis à la Municipalité les noms des personnes souhaitant représenter la Nation sur le comité.

« Ils n’arrêtent pas de nous revenir avec différentes questions. Ça ne fait qu’étirer le problème et retarder » sa résolution, déplore-t-il.

Le maire Savage souhaite reprendre le dialogue

Le maire d’Halifax, Mike Savage, a indiqué que les élus allaient se pencher sur l’avenir du comité, laissé en suspens par la décision de l’Assemblée des chefs micmacs de ne plus y participer.

Il dit partager la déception de l’Assemblée au sujet de la lenteur du processus, mais espère que le dialogue avec les Micmacs pourra reprendre.

Une décision sur la statue de Cornwallis devra être prise « d’une façon ou d’une autre », dit le maire. M. Savage a décrit le monument comme un « obstacle évident » à la réconciliation avec les Micmacs, et dit toujours avoir cette opinion.

« Je préconise quelque chose qui rendra la communauté plus unie qu’elle ne l’est présentement », a dit M. Savage, ajoutant qu’une solution devra être prise dans « l’esprit de la vérité et de la réconciliation ».

Plus d'articles