Retour

Les conditions de libération d’Omar Khadr à nouveau assouplies

L'ancien prisonnier de Guantanamo Omar Khadr a vu ses conditions de libération sous caution assouplies : il pourra désormais utiliser Internet librement et se déplacer en Alberta sans autorisation préalable.

L’homme de 31 ans devra en revanche toujours obtenir une autorisation écrite pour voyager à l’extérieur de sa province de résidence.

La juge June Ross a aussi refusé de le laisser rencontrer sa soeur Zaynab sans supervision. Elle a déterminé vendredi que la défense n’a pas prouvé que Zaynab Khadr ne conserve pas de sympathies à l’égard des groupes terroristes.

D'éventuelles rencontres entre Omar et Zaynab Khadr, qui vit actuellement à l'étranger, devront avoir lieu en anglais. La juge a expliqué vouloir trouver un équilibre entre le bon comportement démontré par Omar Khadr et le fait que la loi exige des conditions en attente de son appel.

Omar Khadr est « plutôt déçu » de cette décision de ne pas pouvoir rencontrer librement sa soeur, a rapporté son avocat Nathan Whitling à la sortie de l’audience. « Il ne voit pas comment il pourra parler à ses nièces et ses neveux » dans ces conditions.

Internet sans restriction

Omar Khadr a été condamné par une commission militaire américaine à 40 ans de prison pour des crimes commis en Afghanistan et a été libéré sous caution en attendant l'examen de l'appel de cette décision. Les conditions de cette libération ont été plusieurs fois asssouplies.

Zaynab Khadr et sa mère avaient suscité une vague de colère il y a quelques années en affichant publiquement leur appui au groupe terroriste Al-Qaïda.

L’homme de 31 ans pourra aussi utiliser Internet sans restriction, à la seule condition de ne pas obtenir des informations sur des groupes terroristes et de ne pas entrer en contact avec eux.

Omar Khadr, l'Afghanistan et Guantanamo

Le soldat américain Chris Speer avait été tué lors d'une opération en Afghanistan au cours de laquelle Omar Khadr, alors âgé de 15 ans, avait été blessé puis arrêté avant d'être emprisonné et torturé à Guantanamo pendant des années pour crimes de guerre.

Omar Khadr a admis à Guantanamo qu'il avait lancé la grenade ayant tué le sergent Speer, mais il a plus tard soutenu qu'il avait fait ces aveux dans le seul but de quitter la prison américaine et de purger sa peine au Canada.

Plus tôt cet été, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a offert ses excuses, en plus d'une indemnité de 10,5 millions de dollars, afin de le dédommager pour les sévices qu'il a subis lors des 10 années passées à la prison américaine de Guantanamo.

M. Khadr, qui s’est récemment marié, a été accepté dans un programme de sciences infirmières d’un collège de Red Deer, en Alberta. Il affirme que sa réinsertion se déroule sans incident.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine