Retour

Les demandes d'aide psychologique explosent à Fort McMurray

Les demandes pour des soins en santé mentale sont en forte augmentation à Fort McMurray depuis l'immense feu de forêt qui a forcé l'évacuation des 90 000 résidents de la ville en mai et juin.

Selon l'organisme Centraide, près du quart des résidents de la municipalité, soit plus de 20 000 personnes, ont fait appel à des services professionnels en santé mentale. Il s'agit d'une hausse très importante, alors que la région reçoit normalement une moyenne de 1000 appels par an.

Sarah Legacy a eu recours à des services après des nuits passées à faire de l'insomnie. « Je revoyais sans cesse les images des flammes pendant que je dormais. Même quand j'en parle maintenant, j'ai l'estomac noué », affirme-t-elle.

« Je ne pouvais simplement pas faire mes activités régulières. Cela semble peut-être bizarre à dire, mais j'étais complètement bloquée par la peur », ajoute-t-elle.

La psychiatre et responsable de la santé mentale pour la région englobant Fort McMurray, Sandra Corbett, explique qu'après le choc initial, les gens vivent d'abord une période « euphorique » durant l'évacuation, où ils sont contents de s'en être sortis vivants. Vient ensuite la période de « lune de miel », durant laquelle ils obtiennent du soutien.

La phase qui s'amorce est celle du désenchantement ou de la désillusion.

« Ils réfléchissent à ce qui leur est arrivé, ce qu'ils ont perdu. Ils réalisent que les choses ne reviendront pas à la normale », dit-elle.

Feu de forêt à Fort McMurray

Le stress financier risque aussi de devenir de plus en plus pesant, maintenant que les résidents doivent s'occuper de régler leurs questions d'assurance et que de nombreux parents préparent le retour à l'école de leurs enfants.

Sandra Corbett mentionne que les heures d'ouverture des centres de soutien dans la région ont été allongées. La province a aussi adopté un mode sans rendez-vous à la clinique sur Queen Street, au centre-ville de Fort McMurray, pour améliorer la flexibilité des services et accueillir les gens qui vivent des urgences.

Des conseillers psychologiques d'ailleurs en province sont également venus prêter main-forte au personnel déjà sur place. Ils seront notamment déployés dans les écoles, au moment du retour en classe en septembre.

Services de santé Alberta offrira aussi des formations à ses employés et à d'autres intervenants qui s'occupent des cas de choc post-traumatique, dont les enseignants, en vue du retour à l'école.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine