Retour

Les déplacements demeurent compliqués sur les routes du Québec

Bien que les précipitations aient cessé dans la plupart des régions, les conditions routières restent difficiles en plusieurs endroits, notamment dans l'Est du Québec.

Le Bas-Saint-Laurent a largement échappé à la pluie verglaçante et au grésil, mais la région doit composer avec de la neige abondante. Les routes de la Haute-Gaspésie, de la région de Sept-Îles et de la Basse-Côte-Nord sont enneigées et glissantes.

La Sûreté du Québec (SQ), qui rapporte des dizaines de sorties de route, invite les automobilistes à réduire leur vitesse. « On demande aux gens de ralentir parce que la majorité des sorties de route ou des collisions matérielles survenant l’hiver, c’est en raison de conduite non adaptée aux conditions hivernales », explique le porte-parole de la SQ, Claude Doiron.

Si les gens ralentissent, conservent une distance sécuritaire avec le véhicule qui les précède, anticipent les freinages, c’est gage de succès pour éviter de se retrouver impliqué dans des collisions mortelles.

Claude Doiron

Après la pluie… le gel

Dans le reste de la province, le temps doux des dernières heures fera place à un refroidissement graduel au cours de l’après-midi et les Québécois pourraient apercevoir quelques flocons de neige, selon les régions, sans toutefois qu’il y ait d’accumulation au sol.

La pluie verglaçante qui s’est abattue sur la province au cours des dernières heures a transformé les rues et les trottoirs de plusieurs villes en véritables patinoires.

À Montréal, la vice-présidente du comité exécutif et responsable de la sécurité publique, Anie Sanson, a défendu son administration d’avoir amorcé l’épandage d’abrasif trop tard, hier. Elle explique qu'un épandage préventif d’abrasif – soit avant que la pluie se change en pluie verglaçante – n’aurait servi à rien puisque la pluie l’aurait balayé. « Il faut commencer à partir du moment où ça tombe [en pluie verglaçante], c’est pourquoi on a commencé à 14 h. Pour être sûr que l’épandage qu’on va mettre sur les trottoirs va rester et faire son effet », plaide-t-elle.

« Depuis hier 14 h, nos opérateurs sont sur le terrain », poursuit-elle « Nous avons plus de 600 machines qui parcourent les 19 arrondissements. »

Malgré cette force de frappe, Mme Samson convient qu’il peut subsister des portions de trottoirs encore glacés. « Le petit redoux de ce matin va nous donner un coup de main », poursuit-elle en précisant que la glace a fondu sur les chaussées et les trottoirs. Une période de gel est toutefois prévue pour la fin de la journée. « Il y aura des précipitations de neige demain matin; il faudra donc être prudent », confie-t-elle.

La tempête, qui a quitté le Québec mardi matin, frappe désormais les provinces de l’Atlantique, où les précipitations tombent essentiellement sous forme de pluie. De forts vents l'accompagnent.

Des pannes de courant

La pluie verglaçante a également causé plusieurs pannes d'électricité un peu partout au Québec. Au plus fort des pannes, Hydro-Québec rapportait 17 000 pannes, un nombre qui a toutefois été ramené à quelque 2700 pannes à 13 h.

Les branches d’arbres, alourdies par le verglas, sont entrées en contact en plusieurs endroits avec les fils électriques du réseau de distribution d’Hydro-Québec, causant autant de pannes.

La tempête qui a frappé le Québec, explique le porte-parole d’Hydro-Québec Mathieu Rouy, l’a traversé d’ouest en est, laissant derrière elle des accumulations de glace sur une bonne partie de la province.

Le réchauffement des températures au cours de la nuit a changé le verglas en pluie, ce qui a contribué à faire fondre la glace sur les fils. Ce déglaçage naturel a permis à Hydro-Québec de juguler le nombre de pannes.

Les équipes de monteurs d’Hydro-Québec poursuivent leur travail afin de rétablir l’électricité le plus rapidement possible dans chacun des foyers qui sont reliés à son réseau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un pilote frôle le sol





Rabais de la semaine